4 février 2020
Serge Péloquin brandit à nouveau le spectre du « plan caché » du CISSSME
Par: Sébastien Lacroix
Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. Photo Capture d'écran

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. Photo Capture d'écran

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, ne voit pas d’un bon œil l’agrandissement de l’Hôpital Pierre-Boucher, à Longueuil, qui vient d’obtenir une reconnaissance 2B afin d’offrir des services spécialisés en pédiatrie et en périnatalité à portée régionale.

Publicité
Activer le son

Il est d’avis qu’il s’agit encore une fois d’un autre signe du « plan caché » qu’a le Centre intégré de Santé et de Services Sociaux de la Montérégie Est (CISSSME) afin de faire de l’Hôtel-Dieu de Sorel un centre de soins périphériques et dépouillés de services. Un spectre qu’il brandit depuis quelques semaines et qu’il accuse le CISSSME de « dévoiler à petites bouchées ».

« Ce projet d’agrandissement et de rénovation à l’Hôpital Pierre-Boucher, ainsi que ceux en cours à l’Hôpital Honoré-Mercier à Saint-Hyacinthe, sont-ils rendus nécessaires par l’arrivée massive de citoyens de Sorel-Tracy qui n’ont pas accès à des services locaux et qui doivent donc se rendre à Longueuil ou Saint-Hyacinthe pour avoir accès à ces services? », a lancé Serge Péloquin dans un communiqué envoyé aux médias.

« On peut donc se demander si un tel projet ne signifie pas la future disparition de notre service de pédiatrie, ici à Sorel-Tracy. Un service déjà affaibli par le peu de disponibilités de pédiatres », ajoute le maire de Sorel-Tracy.

Le maire estime que cette annonce pose un doute sur les propos rassurants tenus la présidente-directrice générale du CISSSME, Louise Potvin, et du président du conseil d’administration, Mario St-Cyr, lors de la rencontre qu’il avait obtenue avec eux le 8 janvier.

« Quel plan caché le maire a-t-il ? », réplique Louise Potvin

Invitée à réagir à la sortie publique du maire Péloquin, en marge d’un déjeuner-conférence qu’elle donnait devant les gens d’affaires de la région, la présidente-directrice générale du CISSSME a remis les pendules à l’heure.

D’abord, la reconnaissance 2B de l’Hôpital Pierre-Boucher, à Longueuil, ne signifie pas pour autant la disparition du niveau de service de base (B) à l’Hôtel-Dieu de Sorel, assure-t-elle. Elle signifie simplement qu’un anesthésiste est sur place en tout temps avec un service 24/7, à Longueuil.

« Ici [à Sorel-Tracy], un anesthésiste va peut-être venir opérer deux nuits par semaine (…) Il ne viendra pas coucher à l’hôpital tous les soirs et passer sa nuit sans être appelé, explique-t-elle. Tandis qu’à [l’Hôpital] Pierre-Boucher, avec 22 accouchements par 24 heures, avant même d’être 2B, il couchait-là. Parce qu’il est appelé six fois et passe sa nuit debout. »

Pour ce qui est des projets à Longueuil et Saint-Hyacinthe, ils ne visent pas à dévitaliser l’Hôtel-Dieu de Sorel, mais de permettre l’ajout de services en Montérégie avec des médecins provenant de Sainte-Justine. Des services qui y sont donnés en raison de l’achalandage et qui permettent aux patients de la région d’éviter d’avoir à traverser les ponts pour se rendre à Montréal.

Pour ce qui est des postes libres en pédiatrie à Sorel-Tracy, Louise Potvin assure qu’ils seront comblés et que le recrutement suit son cours. Entre temps, il existe des consultations par téléphone. Il y a aussi des pédiatres de Longueuil et Saint-Hyacinthe qui viennent à l’Hôtel-Dieu à tour de rôle du lundi au vendredi.

« On a ajouté des ressources pour avoir plus d’accès. Le soir et la nuit, c’est certain qu’ils sont sur appel. Plusieurs spécialistes comme l’urologue, le gastro-entérologue, le pneumologue, le chirurgien, le radiologiste qui sont sur appel. Ils ne se déplacent pas toujours et plusieurs le font par téléphone. Parce qu’on peut régler beaucoup de choses par téléphone. »

Pour ce qui est du « plan caché », Louise Potvin renvoie la balle au maire de Sorel-Tracy. « Je ne sais pas quel plan caché il a. Pourquoi persiste-t-il dans des affirmations que je suis obligée de contredire?, souligne-t-elle. Encore hier, j’ai reçu une lettre du maire, qui me dit qu’il y a moins de contrats de donnés à Sorel depuis la fusion. S’il y en avait 5 ou 6 millions, en 2014-2015, on est rendu à 11 [M$] et on sera à 13 [M$]. Pour moi, 13 [M$], c’est plus que 6 [M$]. »

Avec la collaboration de Jean-Philippe Morin

image