30 décembre 2015
Serge Forcier remplace Stéphane Roy derrière le banc
Par: Jean-Philippe Morin
Serge Forcier, entraîneur-chef des Éperviers de Sorel-Tracy. | TC Média - Pascal Cournoyer

Serge Forcier, entraîneur-chef des Éperviers de Sorel-Tracy. | TC Média - Pascal Cournoyer

Serge Forcier, nouvel entraîneur et Christian Deschênes, directeur général. | TC Média - Pascal Cournoyer

Serge Forcier, nouvel entraîneur et Christian Deschênes, directeur général. | TC Média - Pascal Cournoyer

Serge Forcier, entraîneur et Christian Deschênes, directeur général. | TC Média - Pascal Cournoyer

Serge Forcier, entraîneur et Christian Deschênes, directeur général. | TC Média - Pascal Cournoyer

Serge Forcier, entraîneur-chef des Éperviers. | TC Média - Pascal Cournoyer

Serge Forcier, entraîneur-chef des Éperviers. | TC Média - Pascal Cournoyer

Le nouvel entraîneur-chef des Éperviers de Sorel-Tracy, Serge Forcier, a été présenté aux médias mercredi soir, avant la pratique de l’équipe. Stéphane Roy, qui occupait ce poste, a décidé d’effectuer un retour au jeu avec l’équipe la semaine dernière.

Serge Forcier, 50 ans, a déjà été joueur-entraîneur en France, avant d’être entraîneur adjoint avec Sherbrooke et les Voltigeurs de Drummondville dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Il a aussi été dans l’équipe d’entraîneurs des Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Le nouvel coach a aussi une vaste expérience de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). Il a débuté en 2008 en tant qu’entraîneur-chef avec les Chiefs de Saint-Hyacinthe pendant un an avant de joindre les Marquis de Jonquière pendant deux ans. Ensuite, il a dirigé au hockey collégial en division 1 comme entraîneur-chef des Dragons de Laflèche, avant de revenir cette année, en début de saison, avec les Prédateurs de Laval. Son aventure s’est terminée il y a quelques semaines lorsqu’il a remis sa démission.

Une décision de Stéphane Roy

Avec la situation actuelle des Éperviers, qui ont subi sept défaites d’affilée et qui sont maintenant au septième rang dans la LNAH, Stéphane Roy a décidé par lui-même de revenir comme joueur. La semaine dernière, à Rivière-du-Loup, il a enfilé l’uniforme en raison des blessés et il a rapidement attrapé la piqûre, commente le directeur général et joueur, Christian Deschênes.

« Steph s’est offert et il a réalisé que l’équipe avait plus besoin de lui sur la glace que derrière le banc. Un retour au jeu l’intéressait et quand on regarde notre équipe, on trouvait qu’il manquait un vétéran qui joue bien dans les deux sens de la patinoire. C’est dur se fier sur le marché des échanges, mais on l’avait dans notre cour, ce joueur », décrit Deschênes.

Heureux de se retrouver à Sorel-Tracy

De son côté, Serge Forcier s’est dit heureux d’avoir l’opportunité d’entraîner à nouveau une équipe de la LNAH cette année. S’il n’est pas revenu sur ses différends avec les Prédateurs de Laval en début de saison, le nouveau pilote des Éperviers veut amener son expérience dans la chambre.

« Je suis un technicien. J’amène mon système de jeu, un système fort simple. Il est simple si les joueurs l’exécutent tous ensemble. Selon moi, les championnats se gagnent par la défensive et les unités spéciales. Je vais rencontrer Stéphane [Roy] pour voir les lacunes de l’équipe afin de mieux aller de l’avant », souligne M. Forcier.

S’il se décrit comme un technicien, le nouveau coach des Sorelois n’hésite pas à s’imposer lorsque la situation l’exige.

« Je ne suis pas un criard, je me concentre sur ce que j’ai à faire. Je ne me choque pas quand les jeux se font! », ricane-t-il.

Quant à Christian Deschênes, il espère que ce changement d’entraîneur fouettera ses troupes, qui n’a que 19 points en 23 matchs. À leurs 10 derniers matchs, les Éperviers n’ont récolté que trois points.

« On n’est pas satisfait où on est, c’est certain. On veut au moins se retrouver dans les quatre premiers pour avoir l’avantage de la glace en première ronde. Mon rôle sera de fournir les éléments nécessaires à Serge pour arriver fin prêts pour les séries », conclut le directeur général.

image