5 juin 2018
Saint-Roch-de-Richelieu utilisera ses surplus pour payer la piste cyclable
Par: Sarah-Eve Charland

Le maire de Saint-Roch-de-Richelieu, Michel Beck (Photo : Archives/Pascal Cournoyer)

La municipalité de Saint-Roch-de-Richelieu utilisera ses surplus budgétaires pour éponger la facture d’environ 230 000$ de la piste cyclable qui longe la rue Saint-Jean-Baptiste.

Publicité
Activer le son

Le maire de Saint-Roch-de-Richelieu, Michel Beck, explique que près de 325 000$ ont été transférés du compte du fonds de roulement de la municipalité dans les surplus. Bien qu’il s’agisse d’un exercice comptable, cela permettra à la municipalité de rembourser la facture du ministère des Transports.

Ce dernier a effectué les travaux de réfection de la rue Saint-Jean-Baptiste l’automne dernier puisque l’artère routière est sous sa juridiction. Par la même occasion, le ministère a aussi tracé la piste cyclable à la demande de la municipalité.

« Tout n’est pas réglé parce que nous sommes en négociations. L’ancien conseil avait demandé une piste cyclable d’une largeur d’un mètre de chaque côté de la route. En ce moment, ça ne respecte pas la demande initiale », affirme le maire.

Un surplus après des coupures

L’annonce des surplus lors du dernier conseil municipal avait fait sursauter quelques citoyens par le biais des réseaux sociaux, début mai. M. Beck assure que l’augmentation des taxes pour le budget actuel et les coupes budgétaires étaient nécessaires.

La municipalité doit, entre autres, assumer le nouveau règlement d’emprunt de l’école primaire Saint-Roch-de-Richelieu. Cette dépense municipale s’élève à 687 000$ et doit être remboursée dans une période de 10 ans.

Elle devra aussi encaisser le règlement d’emprunt de 821 000$ lié à la réfection du chemin du Ruisseau-Laprade qui débutera dans les prochains mois. Les travaux toucheront la parcelle de route entre la rue Principale et la limite de Contrecœur. À l’heure actuelle, le règlement d’emprunt est en attente d’approbation auprès du gouvernement du Québec.

L’année prochaine, le règlement d’emprunt pour la réfection de la Côte Saint-Jean s’ajoutera aux factures. Pour le moment, on ne connaît pas encore l’ampleur des coûts. Le maire assure que les entreprises sablières seront aussi mises à contribution.

« On suit le budget de mois en mois. Si on est capable de baisser les taxes pour le prochain budget, on va le faire. Il n’est pas question qu’on les augmente à nouveau », conclut Michel Beck.

Les citoyens avaient connu une augmentation de 0,02$ par 100$ d’évaluation pour l’année en cours.

image