29 septembre 2015
Saint-Gérard-Majella souhaite toujours acquérir l’église
Par: Sarah-Eve Charland
Des tests ont révélé que les murs de l’église de Saint-Gérard-Majella contenaient de l’amiante. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Des tests ont révélé que les murs de l’église de Saint-Gérard-Majella contenaient de l’amiante. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Même si les tests d’amiante dans l’église de Saint-Gérard-Majella se sont révélés concluants, la municipalité souhaite toujours faire l’acquisition de l’établissement pour y construire une salle communautaire.

« À l’aube de ces nouvelles informations, le dossier suit son cours. Nous sommes à évaluer le budget relatif à ce projet et à analyser les options. Aucune décision formelle n’a encore été prise concernant ce dossier par le conseil municipal », précise le maire Luc Cloutier.

Rappelons que le 8 août 2014, des briques se sont détachées de la devanture du bâtiment. L’église est barricadée depuis octobre 2014 lorsque la Régie du bâtiment a inspecté le site. Au même moment, la compagnie d’assurance produisait un rapport sur les points à corriger pour respecter les normes du bâtiment.

Cet été, le conseil de Fabrique a fait faire des tests pour vérifier s’il y a de l’amiante dans les murs du bâtiment. Les tests qui ont coûté 4 323$ au conseil de Fabrique ont révélé la présence d’amiante.

Des décisions

Le conseil de Fabrique est clair. Il n’a pas les moyens d’investir dans l’église. Si la municipalité se retire du projet, il ne va ni la démolir ni la remettre à niveau. Le bâtiment sera laissé à lui-même. Selon les premières estimations du conseil, les coûts liés à la démolition et à la décontamination s’élèvent, respectivement, à près de 130 000$ et 400 000$.

« Si c’est nous qui devons décontaminer, la décision est prise. On n’a pas les moyens », affirme le prêtre Lionel Émard.

La municipalité est en attente pour connaître savoir si elle pourra avoir accès à des subventions. Le maire assure que le projet respectera la capacité de payer des citoyens.

« Nous sommes à attendre les réponses à nos demandes de subvention. Au rythme que ça avance, c’est à dire très lentement, et si toutes nos demandes sont acceptées, aucune pelletée de terre ne serait à prévoir avant le printemps 2016 », ajoute M. Cloutier.

Le projet d’acquérir l’église, de démolir le bâtiment et de construire une nouvelle salle pourrait représenter un investissement d’environ 400 000$, selon les premières estimations du conseil. La municipalité compte de 267 habitants.

image