16 octobre 2018
Saint-Antoine-sur-Richelieu craint de perdre son guichet automatique
Par: Sarah-Eve Charland

La mairesse de Saint-Antoine-sur-Richelieu, Chantal Denis, défend la pertinence d'un guichet automatique sur son territoire. (Photo : Archives)

Le maintien des guichets automatiques demeure un enjeu pour les Caisses Desjardins. (Photo : Pascal Cournoyer)

La Municipalité de Saint-Antoine-sur-Richelieu lance un cri du cœur pour garder en place le guichet automatique de la Caisse Desjardins Beloeil-Mont-Saint-Hilaire sur son territoire. Bien que la décision ne soit pas encore prise, l’organisation ne se cache pas que le changement des habitudes des membres jouera un rôle important.

Publicité
Activer le son

« La Caisse Desjardins a rencontré les membres et le conseil municipal. On nous a informés que le rendement n’était pas bon, affirme la mairesse de Saint-Antoine-sur-Richelieu, Chantal Denis. Ce n’est pas la première fois qu’on nous en parle. Elle réévalue tous les ans. »

Le guichet deviendra désuet sous peu. La Caisse Desjardins se pose donc la question à savoir s’il est pertinent de remplacer l’appareil. Ce point de service regroupe 1 549 membres de Saint-Antoine-sur-Richelieu. De ce nombre, 69 utilisent le service au comptoir et 502 utilisent le guichet automatique.

« On est toujours à l’extrémité des territoires comme c’est le cas pour la MRC. On a déjà perdu plusieurs commerces. Si on perd notre guichet, on risque de devenir un village-dortoir. On essaie de survivre. Un guichet est un outil important », mentionne Mme Denis.

Durant les événements Chants de Vielles ou la Route des Arts et des Saveurs, les citoyens utilisent grandement le guichet automatique, observe-t-elle.

Une décision complexe

Le directeur général de la Caisse Beloeil-Mont-Saint-Hilaire, Jacques Remy, mentionne que le conseil d’administration prendra sa décision d’ici la fin de l’année 2018 ou au début de l’année 2019.

« Desjardins remplace actuellement l’ensemble de son parc de guichets automatiques. Les dirigeants profitent de ce changement à venir pour réfléchir sur la pertinence de conserver l’ensemble des guichets automatiques. La décision de conserver un guichet ou non se fera en fonction de l’utilisation qui en est faite et des coûts reliés au maintien de chacun des guichets automatiques », souligne-t-il.

Entre 2015 et 2017, le nombre de transactions effectuées dans les guichets automatiques de la Caisse a diminué de près de 16%. Les membres de Saint-Antoine-sur-Richelieu utilisent leur carte de crédit ou de débit dans seulement 1% des cas sur le territoire de Saint-Antoine-sur-Richelieu. Le pourcentage de transactions par carte augmente à 18% à Contrecœur, à 12% à Beloeil et à 8% à Sorel-Tracy.

« Ça donne un aperçu des endroits où les gens consomment. Pour prendre une décision, on regarde l’ensemble du dossier. On a quand même un attachement dans ce milieu-là. Nos valeurs touchent le mieux-être des communautés », ajoute M. Remy.

Les conseillers demeureront en place, peu importe la décision de retirer ou non le guichet. Une conseillère y travaille à temps plein et d’autres conseillers peuvent s’y déplacer au besoin. La Caisse compte honorer son bail de quatre ans.

Les services et les guichets maintenus pour l’instant à la Caisse Pierre-De Saurel

Le changement des habitudes des usagers de la Caisse Desjardins Pierre-De Saurel pousse l’organisation à réévaluer constamment la pertinence de maintenir les guichets automatiques et les services au comptoir, surtout dans les municipalités rurales.

« C’est hallucinant à quel point ça évolue rapidement. Pour le moment, aucune décision n’est prise par le conseil d’administration pour fermer des points de service. La première chose qu’on fait est d’analyser la pertinence des services afin de s’assurer de répondre aux besoins de la majorité de la population. On suit ça de près », mentionne le directeur général, Pierre Desgranges.

La Caisse Desjardins Pierre-De Saurel possède 19 guichets automatiques. Le nombre de dépôts dans les guichets automatiques a diminué de 11% au cours de la dernière année. Les retraits ont diminué de 5%.

M. Desgranges est conscient que les changements des habitudes des usagers auront des impacts un jour ou l’autre. Actuellement, les transactions effectués à un comptoir représentent 3% de l’ensemble des transactions de la Caisse Desjardins Pierre-De Saurel.

« Il y a 40 ans, les transactions au comptoir représentait 100% des transactions. Si on avait refusé d’installer des guichets automatique il y a 30 ans, est-ce qu’on serait encore là aujourd’hui? Il a fallu s’adapter au mode de consommation. Une diminution de 11% des dépôts, c’est énorme », souligne-t-il.

Notamment, la Caisse Desjardins remplacera le guichet automatique de Massueville, qui était devenu désuet. L’achat se fera au courant de l’année 2019. « On a rencontré le conseil municipal. C’est une communauté dynamique. On trouvait que ça avait du sens de laisser un guichet à cet endroit », explique M. Desgranges.

« L’important est que Massueville pourra continuer à compter sur la présence d’un guichet automatique Desjardins après 2020, même si ce nouveau guichet offrira moins de fonctions que celui qui est actuellement installé à la mairie », ajoute le maire de Massueville, Denis Marion. Outre à Massueville, dans les municipalités rurales, on retrouve des guichets à Saint-Roch-de-Richelieu, Saint-Ours, Sainte-Victoire-de-Sorel et Saint-Robert.

D’un autre côté, M. Desgranges assure que l’aspect conseil est là pour rester. Au sein de la Caisse Desjardins Pierre-De Saurel, on retrouve plus de 40 conseillers financiers. « Il y a encore beaucoup de personnes qui se déplacent pour obtenir des conseils. Les gens ont encore besoin de parler à quelqu’un pour des conseils. On n’est vraiment pas rendu à avoir des robots conseillers », conclut-il.

 

image