6 juin 2017
Royal Pyrotechnie promet des feux d’artifice incroyables
Par: Deux Rives

La Corporation du 375e anniversaire de Sorel-Tracy fait confiance à Royal Pyrotechnie et à son artificier, Yanick Roy, pour la conception des feux d’artifice qui ouvriront les festivités estivales le 17 juin. Un autre spectacle fermera lors de la cérémonie de clôture du 9 septembre.

C’est ce qu’a annoncé la Corporation du 375e anniversaire, le 6 juin, en présence des partenaires financiers des deux événements. Pour sa part, Yanick Roy promet de la pyrotechnie différente à ce que les Sorelois ont l’habitude de voir.

« La différence, c’est la personnalisation, raconte l’artificier. La trame sonore sera conçue pour votre spectacle. Il y aura des effets nautiques et des surprises qui vont jaillir de l’eau. On vous prépare quelque chose de soutenu et de bâti spécialement pour les fêtes du 375e. »

Le premier, présenté dans moins de deux semaines, le 17 juin, et intitulé « le Feu des Forges de Sorel », aura pour thème le feu.

« Inépuisable source de lumière et d’énergie, le feu est le grand symbole de l’industrie métallurgique, cœur de l’activité industrielle de notre ville, rappelle le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, qui a aussi pris soin de remercier les partenaires. C’est un beau cadeau que vous faites à la population. […] »

Le second, intitulé « le Feu de nos 375 ans », sous le signe de l’eau, rappellera le rôle central de cet élément dans l’histoire de la ville, le 9 septembre.

Finkl Steel, l’usine des Forges de Sorel, le Terminal maritime Sorel-Tracy, Richardson International et le Groupe Ocean ont inspiré chez M. Roy cette opposition entre les éléments qui ont forgé l’identité de Sorel-Tracy.

Royal Pyrotechnie a été récipiendaire de quatre Jupiter d’or depuis 2003. Le dernier a été obtenu en 2014, lors de l’International des Feux de Loto-Québec. Cette entreprise est la seule a avoir remporté trois Jupiter dans le cadre de cet événement.

Le coût de ces activités tourne autour de 20 000$ par spectacle, a confirmé le directeur général du 375e, Benoît Gauthier.

image