16 septembre 2019
Rial électrique contraint à la faillite
Par: Sébastien Lacroix

RIAL électrique avait pignon sur rue au 2205, rue Laprade à Sorel-Tracy. Photo Sébastien Lacroix | Les 2 Rives ©

Croulant sous des dettes de l’ordre de 3,5 millions $, RIAL électrique inc. vient de déposer un avis aux créanciers de son intention de faire une proposition en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Le dossier a été confié à MNP, un syndic autorisé en insolvabilité.

Au moment de se déclarer insolvable, Rial électrique devait un total de 3 521 511 $ à 109 créanciers. Parmi ses créances les plus significatives, on note la Commission de la construction du Québec (601 095 $), Siemens Canada (515 639 $), Electrimat (498 915 $) et Guillevin international (214 309 $).

L’Agence du revenu du Québec (132 554 $), Franklin Empire (127 449 $), ECS electrical cable (124 182 $), Lumen (119 281 $), Ecmor (100 276 $), Location Sorel (88 273 $), Janival (79 173 $) Stanex (76 078 $) et Panavideo (74 027 $) figurent aussi parmi les plus importants créanciers de RIAL électrique.

En opération depuis 1978, l’entreprise située sur la rue Laprade, dans le secteur de Tracy, employait une soixantaine d’ingénieurs, de technologues et d’électriciens au moment de fermer ses portes. Elle se spécialisait en construction, entretien, instrumentation, automatisation et contrôle dans les secteurs commercial, industriel et institutionnel pour sa clientèle dans la métropole et dans les régions du Québec.

Son son site Internet, on peut voir que l’entreprise avait réalisé plusieurs projets au cours des dernières années, dont un contrat de 5,3 M$ avec la Régie des Installations olympiques (RIO) pour la mise aux normes et la rénovation de la Tour de Montréal.

Elle avait également décroché des contrats de 1,7 M$ pour ArcelorMittal Produits Longs, d’environ 300 000 $ avec Aéroports de Montréal et d’un peu plus de 100 000 $ avec Hydro-Québec pour le centre de simulation de Varennes.

Dans la région, RIAL avait décroché un contrat de 719 959 $ pour la rénovation de la salle Georges-Colding.

image