21 juillet 2020
Reconversion de l’ancienne manufacture de Genfoot : un organisme préféré à un promoteur
Par: Sébastien Lacroix
L’instigatrice du projet d’habitation pour aînés, Huguette Courchesne, accompagnée de la mairesse de Contrecœur Maud Allaire (à l’avant), du président de la FADOQ Contrecœur René Poirier et de la directrice générale du Groupe de ressources techniques en habitation de la région de Sorel Claude Daigle.
(Photo gracieuseté / Ville de Contrecœur)

L’instigatrice du projet d’habitation pour aînés, Huguette Courchesne, accompagnée de la mairesse de Contrecœur Maud Allaire (à l’avant), du président de la FADOQ Contrecœur René Poirier et de la directrice générale du Groupe de ressources techniques en habitation de la région de Sorel Claude Daigle. (Photo gracieuseté / Ville de Contrecœur)

Bien qu’elle avait sur le table une proposition d’un promoteur intéressé à investir pour développer un complexe à logements dans l’ancienne manufacture de Genfoot, la Ville de Contrecœur a préféré faire don du bâtiment et du terrain à l’organisme Le Grand Pécaudy qui souhaite y réaliser des logements abordables pour les aînés.

Publicité
Activer le son

En entrevue avec Les 2 Rives, Alain Brodeur, l’un des propriétaires des immeubles Balex, se disait surpris que sa proposition n’ait pas été retenue à la suite de l’assemblée du conseil, le 15 juin dernier. Celui-ci indiquait que l’entreprise souhaitait y investir 2 millions $ afin de reconvertir la bâtisse en seize logements.

Des arguments qui n’ont visiblement pas convaincu le conseil municipal, qui a préféré y favoriser un projet sociocommunautaire. D’autant plus que l’offre d’acquisition du bâtiment déposé par le promoteur était de 50 000 $. Ce que le conseil a jugé insuffisant.

Puisque le bâtiment et le terrain avaient été acquis avec des deniers publics, le conseil trouvait plus important de privilégier un projet qui allait être au bénéfice de ses citoyens et ainsi « redonner cet argent à la communauté ».

De plus, en choisissant le projet du Grand Pécaudy, la Ville se donnait comme option de reprendre le bâtiment et le terrain si le projet ne se réalise pas. Elle pourra ainsi le garder pour un autre projet.

Soucieuse de préserver le cachet de l’édifice de l’ancienne usine Lafayette construite au début des années 1920, la Ville avait acquis le bâtiment et effectué des travaux pour éviter la dégradation de l’immeuble.

La Ville de Contrecœur avait évalué dans les dernières années la possibilité de relocaliser certains de ses bureaux dans le bâtiment de l’ancienne manufacture de chaussures et de bottes afin de combler ses besoins d’espaces. Après des études réalisées en 2018, elle a toutefois décidé de mettre l’édifice et son terrain en vente.

Un projet à définir

Le projet sociocommunautaire de l’organisme Le Grand Pécaudy demeure toutefois à définir. Une étude de faisabilité devra en effet être réalisée au cours des prochains mois pour connaître le nombre de logements pour aînés qu’il sera possible d’y aménager. Une étape de plus vers la réalisation du projet qui nécessitera également un processus de demande de subventions pour compléter le montage financier.

Le conseil municipal était unanime concernant l’importance d’appuyer ce projet sociocommunautaire. « L’endroit où le projet se réalisera bénéficie d’un positionnement idéal, souligne la mairesse de Contrecœur, Maud Allaire. Ce projet permettra de dynamiser l’activité économique du centre-ville et il privilégiera la mobilité active des déplacements puisque plusieurs commerces et services de santé, même une clinique médicale, se trouvent à proximité. »

« Rappelons aussi que le Centre d’action bénévole de Contrecœur déménagera cette année devant le lieu ciblé pour l’implantation du Grand Pécaudy. Également, de nombreux services municipaux se trouvent aux alentours du bâtiment ainsi que la FADOQ Contrecœur sans oublier les activités sociocommunautaires du Centre multifonctionnel de Contrecœur », ajoute-t-elle.

Le projet de logements à prix abordable pour les aînés permettra de répondre aux besoins exprimés. « Ceux-ci désirent demeurer dans leur milieu de vie auprès de leurs proches et dans leur communauté, continue Maud Allaire. Le déménagement de nos gens aînés vers Le Grand Pécaudy amènera une offre supplémentaire de résidences qui nous permettra d’accueillir de nouvelles familles et de répondre aux besoins de celles déjà installées. »

image