2 février 2021
Sauf pour le esport et le hockey
Rebelles : les ligues sportives collégiales annulées
Par: Alexandre Brouillard

Alors que toutes les ligues sportives collégiales ont été annulées et que le sport électronique continue ses activités à distance, les joueurs de hockey des Rebelles vivent toujours d’espoir. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Avec les consignes sanitaires en vigueur concernant la pandémie de la COVID-19, le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) ainsi que les responsables des programmes sportifs collégiaux du Québec ont décidé d’annuler toutes les ligues sportives collégiales sauf celles de hockey et de sport électronique.

Publicité
Activer le son

« La décision d’annuler les ligues sportives collégiales, sauf le hockey et le esport, repose sur notre volonté d’être réaliste et transparent avec les étudiants. Nous voulons travailler sur d’autres aspects, comme un retour progressif lorsque les mesures sanitaires nous le permettront », indique Myriam Shea-Blais, conseillère à la vie étudiante sportive au Cégep de Sorel-Tracy.

Tandis que les hockeyeurs collégiaux peuvent toujours espérer renouer avec la compétition plus tard cette année, les Rebelles esport continuent leurs activités. « Les trois équipes disputent des compétitions et peuvent maintenir leurs entraînements parce que tout se fait à distance. Ils ne peuvent toutefois pas utiliser leur local habituel spécialement aménagé pour eux au cégep », mentionne Mme Shea-Blais.

Malgré ces exceptions, c’est plus d’une centaine d’étudiants-athlètes du Cégep de Sorel-Tracy qui ne pourront vraisemblablement pas compétitionner d’ici la fin de la session en cours. « J’ai rencontré presque toutes les équipes des Rebelles la semaine passée. Nous avons regardé ensemble ce qui s’en vient pour eux parce que c’était beaucoup d’inconnu. […] Nous nous concentrons maintenant sur un possible retour selon les directives du gouvernement, mais pas dans le cadre d’un championnat », explique Myriam Shea-Blais.

Pour l’instant, l’objectif est que les étudiants-athlètes puissent bouger et se préparer advenant une reprise des hostilités plus tard au printemps. « Le RSEQ a laissé entrevoir cette possibilité. Selon la situation, nous pouvons espérer un retour en gymnase et peut-être même pouvoir disputer des matchs hors-concours », précise la conseillère à la vie étudiante sportive.

Cependant, pour Mme Shea-Blais, il est improbable que les championnats collégiaux reprennent d’ici la fin de la session parce que les saisons sportives seraient beaucoup trop compressées. « Nos athlètes ne seront peut-être pas prêts physiquement pour jouer des matchs. Le scénario optimiste serait un retour progressif à l’action. Il faut cependant être réaliste, on ne croit pas pouvoir retourner rapidement en groupe dans les gymnases. Advenant un retour, nous croyons que ce sera de façon graduelle », explique-t-elle.

Le hockey collégial vit d’espoir

Selon Richard Farley, responsable du programme hockey au Cégep de Sorel-Tracy, le hockey collégial peut vivre d’espoir du fait que Hockey Québec n’a pas annulé sa saison d’activités et que la décision n’appartient pas seulement au RSEQ. « Nous attendons impatiemment pour connaître les mesures annoncées par le gouvernement après le 8 février. Selon les consignes, nous pourrons peut-être reprendre les entraînements et même avoir une saison écourtée », mentionne-t-il.

Tout comme plusieurs ligues dans la province, le RSEQ espère pouvoir tenir une saison avec des statistiques et un championnat. « Au bout du processus, nous espérons une reprise des activités avec ultimement un championnat. […] Selon ce qui sera peut-être permis, nous allons en faire le maximum », précise Richard Farley.

Advenant un retour sur la glace, plusieurs plans sont sur la table. « Que ce soit un championnat écourté ou un mini-tournoi, nous voulons tenir un niveau de compétition élevé et pas seulement jouer des matchs hors-concours. […] Malgré la situation assez difficile pour tous les athlètes-étudiants, nous respectons à 100 % les mesures émises par le gouvernement », conclut M. Farley.

image