12 août 2016
Raymond Poirier manque toujours à l’appel
Par: Louise Grégoire-Racicot
Le poste de commandement des policiers a été déplacé sur le boulevard Fiset, le vendredi 12 août. | Photo TC Média: Pascal Cournoyer

Le poste de commandement des policiers a été déplacé sur le boulevard Fiset, le vendredi 12 août. | Photo TC Média: Pascal Cournoyer

Vendredi matin, sous la pluie, les policiers de la Sûreté du Québec cherchent toujours à retracer un septuagénaire de Sorel-Tracy, Raymond Poirier, qui, parti faire une marche le 10 août dernier à 14h30, n’est pas rentré à sa résidence de la rue Weilbrenner depuis.

MISE À JOUR: Raymond Poirier retrouvé en vie

Voir les autres textes à ce sujet:

Raymond Poirier a été aperçu au Bar 525

Raymond Poirier, de Sorel-Tracy, est porté disparu

Dès le lendemain, 11 août, une dizaine de policiers ont ratissé le secteur où M. Poirier circule habituellement. L’hélicoptère de la SQ a survolé la région pour tenter de le repérer et jusqu’à 21h, des policiers en quad ont sillonné les zones non habitées du secteur.

Vendredi matin (12 août), ils ont élargi leur champ de prospection en faisant appel sur les ondes de TVA et de Radio-Canada à l’aide des citoyens qui auraient pu croiser M. Poirier, a expliqué le porte-parole de la SQ, Christian Leclerc.

Dans la région, le centre de commandement de la police a été redéployé sur la route 132, près des bureaux d’Hydro-Québec, après avoir appris qu’une des caméras du bar 525 avait capté une photo de lui, le 11, vers 17h30. Il cherchait alors à acheter une crème glacée.

Les recherches se poursuivront tant et aussi longtemps que les policiers considéreront voir des chances de le localiser, explique M. Leclerc. « Mais il est souvent difficile d’imaginer la logique d’une personne confuse qui se perd », conclut-il.

Un homme autonome

Pour le propriétaire de la maison où réside M. Poirier, Jean-Philippe Payette, son pensionnaire est un homme en très bonne forme physique pour ses 77 ans. Il est fort, autonome et aime beaucoup marcher, se déplaçant jusqu’au boulevard Fiset où il effectuait souvent des achats.

M. Payette connaît bien l’homme qui habite, depuis 15 mois, la résidence qu’il opère.

« M. Poirier est un homme qui a peu de famille sinon une sœur qui vit en résidence intermédiaire et une nièce. Il aime s’occuper lui-même de ses affaires. Mais il prend du temps à faire confiance aux autres. »

Il paraît bien, poursuit-il, est bien mis. « Il a quitté la maison bien habillé avec une veste qui aujourd’hui pourra le protéger de la pluie, de l’argent dans ses poches et il n’hésite pas à entrer dans un commerce pour faire des achats même s’il n’est pas loquace. »

La chose qui l’inquiète le plus est que si M. Poirier sort de son périmètre familier, il peut paniquer et ne plus savoir où se diriger.

« Il ne demandera pas à quelqu’un de l’aider. Il tentera plutôt de trouver lui-même la solution pour s’orienter. »

Heureusement, souligne-t-il, M. Poirier ne souffrira vraisemblablement pas de ne pas prendre sa médication quotidienne, comme un diabétique le ferait par exemple, dit M. Payette.

Visiblement, cette disparition le chicote et affecte les huit autres personnes qui habitent sa résidence. Il souhaite que la police diffuse largement la photo de M. Poirier afin que tous ceux qui le voient le reconnaissent facilement et signalent sa présence à la police.

« Je pense qu’il peut survivre à cette situation. Il sait prendre soin de lui et l’adrénaline le tiendra en haleine. Mais il sera peut-être difficile à approcher pour qui voudrait l’aider. »

Profil

M. Poirier mesure 1,78 m (5 pi 10 po), pèse 80 kg (176 lbs), a les cheveux blancs et les yeux bleus.

La dernière fois qu’il a été vu, il portait des pantalons bruns/beiges et une chemise bleue à carreaux.

Toute personne qui détient des informations pouvant aider à le retrouver est priée de communiquer avec la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

image