4 novembre 2020
À un an des élections municipales
Qui se représente, qui ne se représente pas?
Par: Jean-Philippe Morin

Des 12 maires de la MRC de Pierre-De Saurel, quatre ont affirmé avec certitude vouloir se représenter en 2021.Quatre ont dit avoir de l’intérêt à se représenter, mais qu’ils évaluent encore la situation. Les quatre autres n’ont pas voulu s’avancer et annonceront leurs couleurs dans la prochaine année. Photo Simon Ménard

À environ un an des élections municipales prévues le 7 novembre 2021, plusieurs maires de la région affirment déjà avoir l’intention se renouveler leur mandat de quatre ans. Pour d’autres, il est un peu trop tôt pour se prononcer. Des 13 maires de la région appelés à se prononcer, seule Maud Allaire, de Contrecœur, a refusé notre demande d’entrevue, trouvant le sujet « trop prématuré » pour se prononcer.

Publicité
Activer le son

Gilles Salvas, Saint-Robert

Le doyen des maires de la MRC de Pierre-De Saurel, Gilles Salvas, soutient qu’il y a de « fortes chances » qu’il soit sur les rangs pour l’élection de novembre 2021. Âgé de 68 ans et maire de Saint-Robert depuis 1989, M. Salvas dit toujours avoir le feu sacré. « Il n’y a rien d’officiel, parce que c’est encore loin dans un an. Pour l’instant, je suis en bonne santé et tout va bien. Beaucoup de choses peuvent arriver d’ici là, mais j’ai l’appui de mon conseil pour me représenter, ce qui me fait dire qu’il y a de fortes chances que je sois là en 2021 », explique-t-il. M. Salvas pourrait toutefois délaisser la préfecture de la MRC après cette élection afin de laisser sa place à la relève.

Serge Péloquin, Sorel-Tracy

Élu pour une première fois avec plus de 50 % des voix en 2013, puis réélu avec plus de 85 % du suffrage en 2017, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, n’a pas hésité une seconde à confirmer qu’il sera à nouveau candidat en 2021 afin de poursuivre le travail déjà amorcé. « Nous avons une belle équipe en place et j’ai l’intention de continuer avec eux à la reconversion de Sorel-Tracy. Je veux continuer ce qu’on a enclenché. Comme j’ai toujours fait, je vais continuer à défendre les intérêts de mes citoyens et de ma ville », indique-t-il.

Denis Benoit, Saint-Aimé

Élu pour la première fois en 2017, Denis Benoit dit avoir encore le goût de se représenter dans un an à Saint-Aimé. Le fait qu’il ait réorganisé son entreprise lui permettra d’être encore plus disponible dans son deuxième mandat s’il est réélu. « Nous avons une bonne équipe. Nous avons réalisé plusieurs choses au cours de mon premier mandat et il y a encore plusieurs à faire. Il y a plusieurs routes à refaire à redonner de l’amour et il y a notre nouveau bureau municipal que nous devrions inaugurer au début de 2021 ». se réjouit-il.

Michel Péloquin, Sainte-Anne-de-Sorel

En place depuis 2013, le maire de Sainte-Anne-de-Sorel a bien l’intention d’être de retour en 2021. « Je n’ai pas terminé tous mes projets. Il nous reste du travail à faire pour l’aménagement des lieux publics, la finition de la nouvelle mairie et quoi faire avec l’ancienne mairie. J’aimerais bien mettre sur pied un CPE. Nous sommes l’une des seules municipalités où il n’y en a pas, souligne-t-il. Il y a aussi toute la question des zones inondables. C’est un débat dans lequel je suis depuis la fin 2013-début 2014 ».

Michel Blanchard, Saint-David

Pour Michel Blanchard, qui a été élu une première fois comme maire en 2013, aucune décision n’est prise à l’heure actuelle sur son avenir politique. « Je n’ai pas eu le temps de m’arrêter à ça. Je suis encore en moment de réflexion », précise-t-il.

Denis Marion, Massueville

Denis Marion, maire de Massueville depuis 15 ans, terminera son quatrième mandat en novembre 2021. « À chacune des élections, j’ai pris ma décision au début de l’été qui précède et je ne changerai pas ma formule. Je ne vois pas pourquoi je réfléchirais à ça avant. Quelque part en juin, je vais me poser les trois ou quatre questions avant de décider ce que je vais faire. C’est un mandat de quatre ans, alors on doit se demander si on a envie de le faire, est-ce qu’on se sent à l’aise, est-ce qu’on est rendu-là dans notre vie. C’est quand même un gros travail malgré tout, même si nous sommes les maires de petites municipalités. C’est une part importante de notre vie », avance-t-il.

Vincent Deguise, Saint-Joseph-de-Sorel

Vincent Deguise dit avoir la motivation pour un deuxième mandat. « En date d’aujourd’hui, c’est bien sûr que je veux poursuivre. Je suis toujours motivé par ce travail et par les projets qu’il nous reste à accomplir. Je veux continuer mon engagement avec l’équipe de la Ville de Saint-Joseph-de-Sorel et pour les citoyens », indique celui qui a pris le siège d’Olivar Gravel en 2017. Ce dernier a été maire de Saint-Joseph-de-Sorel pendant 42 ans.

Georges-Henri Parenteau, Saint-Gérard-Majella

Le maire de Saint-Gérard-Majella, Georges-Henri Parenteau, en est à son premier mandat. Celui qui dit avoir encore des projets à réaliser pour la municipalité, dont un agrandissement de la salle des loisirs, pourrait se représenter. « En tout cas, c’est à l’étude. Je ne peux rien dire d’avance, il reste encore un an. On est jamais vraiment sûr de se représenter et de la manière que ça va se passer dans l’année. Pour tout de suite, ça va bien », souligne-t-il.

Diane De Tonnancourt, Yamaska

La mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt, en est à son premier mandat. Avant d’être élue par acclamation en 2017, elle avait siégé pendant 12 ans comme conseillère. Parmi les projets réalisés jusqu’à maintenant, elle note entre autres la réparation des berges. « On a eu beaucoup de sinistres, de glissements de terrain et d’inondations. On est passé à travers ça ». mentionne-t-elle. Sa décision concernant les élections de 2021 n’est pas encore arrêtée. « Si jamais ma décision était prise, je me devrais de l’annoncer aux citoyens avant de l’annoncer publiquement. Pour le moment, on a beaucoup de projet en cours comme l’agrandissement de l’école. Des projets qui me tiennent à cœur. On va évaluer ça dans les mois qui viennent », précise-t-elle.

Sylvain Dupuis, Saint-Ours

Sylvain Dupuis est maire de Saint-Ours depuis 2012. Il l’a d’abord été par intérim, avant d’être élu en 2013. Malgré qu’il soit encore en réflexion pour les prochaines élections, si tout se passe bien, il pourrait vouloir briguer un autre mandat. « Sans faire d’aveu, ça m’intéresse c’est sûr, si les gens veulent de moi. Dans une petite ville, parfois les gens lancent un signal plus clair. Je ne veux pas m’imposer, mais si je suis toujours la bonne personne pour faire la job, ça m’intéresse », explique-t-il, en ajoutant qu’une année en politique est une éternité et que le contexte peut changer à tout moment. Toutefois, il avoue qu’il reste des projets à avancer, en équipe, tels que l’aménagement des rues et l’investissement dans les événements culturels et l’animation, pour attirer les jeunes familles.

Alain Chapdelaine, Saint-Roch-de-Richelieu

Le maire de Saint-Roch-de-Richelieu, Alain Chapdelaine a d’abord été élu comme conseiller aux élections de 2017. Cependant, après le décès du maire Michel Beck en novembre 2018, d’autres élections se sont tenues et M. Chapdelaine a été élu maire. Pour 2021, il n’a pas encore statué s’il souhaitait se représenter. « Comme vous savez, on a eu un peu une bombe récemment dans l’histoire de Champag. On essaie de prendre ça un jour à la fois ces temps-ci », mentionne-t-il.

Michel Aucoin, Sainte-Victoire-de-Sorel

À Sainte-Victoire-de-Sorel, Michel Aucoin en est à son premier mandat comme maire. Les quatre années précédentes, il était conseiller municipal. En date d’aujourd’hui, M. Aucoin souhaiterait briguer un second mandat. « Dans dix mois ça peut être une autre paire de manches. Aujourd’hui, il n’y a pas de problèmes, mais on ne sait pas ce qui peut arriver. [La fonction] je l’ai à cœur encore c’est bien sûr parce que Sainte-Victoire, c’est ma paroisse. On avance tout le temps puis on a encore des projets à faire », affirme M. Aucoin. Parmi les projets qui le rendent fier, il y a la patinoire avec une surface de Dek Hockey, qui pourrait recevoir un toit dans les prochaines années.

Avec la collaboration de Sébastien Lacroix et Katy Desrosiers.

image