17 novembre 2016
Quatre mois de prison pour le fuyard du centre-ville
Par: Julie Lambert
David Nadeau a reçu une sentence de quatre mois de prison. | Photo: TC Média –Julie Lambert

David Nadeau a reçu une sentence de quatre mois de prison. | Photo: TC Média –Julie Lambert

Après une cavale à pied dans les rues du centre-ville le 16 novembre, un homme de 22 ans a écopé, cet après-midi au palais de justice de Sorel-Tracy, de quatre mois de prison.

Pour lire l’article sur sa fuite, cliquez ici.

Le Sorelois David Nadeau devait comparaître hier pour des dossiers de bris de probation, de menaces et de voies de fait survenus depuis le mois de juin.

Il était en état d’arrestation depuis quelques heures lorsqu’il est arrivé, escorté de policiers, à l’arrière du palais de justice pour assister à sa comparution devant un juge.

Pendant que les policiers et les gardiens ouvraient la grille afin de le faire entrer dans le bâtiment, il s’est enfui en courant, menottes aux poignets, via l’avenue de l’Hôtel-Dieu sans qu’on puisse l’arrêter.

Après une recherche de plusieurs dizaines de minutes, la Sûreté du Québec l’a retrouvé et l’a ramené en détention.

David Nadeau a plaidé coupable à l’ensemble des dossiers cet après-midi, incluant le chef d’accusation de fuite qui s’est ajouté. Les avocats de la Couronne et de la défense ont proposé une sentence commune de quatre mois de prison.

Selon les deux avocats, il y avait plusieurs facteurs atténuants notamment son jeune âge, l’absence d’antécédents judiciaires et un soutien familial assez important pour se reprendre en main et se réhabiliter.

Ils ont également recommandé au juge une détention à la prison de Sorel-Tracy pour qu’il demeure près de sa famille. Le juge Denys Noël a accepté cette sentence de quatre mois pour l’ensemble de ses dossiers, soit un mois par dossier purgé de façon consécutive.

« C’est toujours avec une certaine sensibilité que nous prenons une décision qui concerne un jeune homme de 22 ans. Ce n’est pas facile pour quelqu’un de votre âge, sans expérience du domaine carcéral, d’aller en prison. Depuis le 14 juin, vos infractions sont allées en s’aggravant. Malgré votre tentative d’évasion, qui à elle seule pouvait vous valoir six mois de prison, je vais entériner cette décision », a commenté le juge.

Sa sentence sera accompagnée d’une période de deux ans de probation avec un suivi ainsi que l’interdiction de communiquer ou de se trouver en présence de la victime dans les dossiers. Il ne pourra pas consommer d’alcool ou de drogue et se rapporter à son agent de probation.

image