18 décembre 2015
Quatre ans et huit mois de prison pour avoir poignardé deux hommes
Par: Julie Lambert
Charles Bibeau a écopé à 4 ans et 8 mois de pénitencier pour avoir commis des voies de fait graves sur deux personnes. | Photo TC Media – Jean-Philippe Morin

Charles Bibeau a écopé à 4 ans et 8 mois de pénitencier pour avoir commis des voies de fait graves sur deux personnes. | Photo TC Media – Jean-Philippe Morin

Le jeune homme de 22 ans, Charles Bibeau, qui avait blessé deux personnes avec un couteau à Sorel-Tracy près de Saint-Joseph-de-Sorel le 25 juillet dernier, passera les cinq prochains Noël derrière les barreaux.

L’accusé était de retour devant la Cour pour subir son procès, le 16 décembre, devant le juge Denys Noël. Il a été arrêté le 25 juillet après avoir blessé deux jeunes hommes avec une arme blanche à la limite de Sorel-Tracy et de Saint-Joseph-de-Sorel.

Il faisait face à sept chefs d’accusation, dont voies de fait graves sur les deux victimes et utilisation d’une fausse arme à feu lors de sa fuite. Il a plaidé coupable à quatre chefs d’accusation, les autres ayant été abandonnés.

Les avocats ont suggéré une sentence commune au juge lors des représentations, soit 51 mois de prison à partir de ce jour puisqu’il a déjà purgé cinq mois d’incarcération préventive. La peine est donc de 4 ans et 8 mois en tout.

Conscient de ses gestes

Selon l’avocate de la couronne, Me Geneviève Beaudin, les conséquences sur les deux hommes ont été très graves puisqu’on a craint pour la vie de l’un d’eux pendant plusieurs jours. Il vit encore avec des séquelles de l’événement.

« Il y a plusieurs facteurs aggravants, dont la gravité des gestes et les conséquences sur les victimes, dont une a dû subir de nombreuses opérations à la suite de cette blessure et a été victime d’un arrêt cardio-respiratoire lors de son transport en ambulance », a-t-elle souligné au juge Noël.

Des facteurs atténuants jouaient en la faveur de l’accusé pour une peine plus clémente, a-t-elle ajouté, mentionnant la collaboration de Bibeau qui n’a jamais minimisé son implication dans l’incident. Ce dernier a aussi refusé de subir une enquête sur remise en liberté.

L’avocat de l’accusé, Me André Labelle, a ajouté que le jeune homme de 22 ans n’a jamais nié les faits reprochés lors de l’enquête. Lors de son interrogatoire avec les policiers, il a admis avoir un problème d’agressivité.

« Mon client regrette beaucoup. Il a pris conscience de ses gestes après avoir lu toutes les informations du dossier transmis par la Couronne. Il aimerait s’investir dans un processus de thérapie pour son problème d’agressivité et terminer ses études secondaires en prison », a-t-il plaidé.

Chanceux malgré tout

Le juge Denys Noël a accepté la suggestion commune des avocats, soulignant à l’accusé que les événements auraient pu être plus graves et lui valoir une peine beaucoup plus grande.

« On peut dire que vous êtes chanceux dans votre malheur puisqu’aucune victime n’est décédée, mais c’est uniquement en raison des soins urgents. Sinon, vous auriez pu vous retrouver avec une peine de 25 ans. C’était un geste gratuit puisqu’il n’y avait aucune animosité. Les conséquences sont importantes et les victimes seront prises avec des séquelles », a-t-il commenté.

L’accusé a reçu la sentence sans montrer de réaction, mais il a fait un signe d’encouragement à ses quelques amis présents dans la salle avant de prendre à nouveau le chemin du pénitencier.

À lire aussi:

Charles Bibeau accusé de deux tentatives de meurtre

Selon les faits rapportés en Cour…

Charles Bibeau avait bu dans un bar de la région avec des amis le soir de l’événement et il s’est retrouvé seul. L’accusé a décidé de se rendre au domicile d’une des victimes qui l’avait invité au cours de la soirée à passer.

Il est d’abord allé chez lui pour prendre un couteau, car il se sentait agressif et souhaitait avoir quelque chose pour se protéger si jamais la situation dégénérait.

Arrivé au domicile, le jeune homme a cogné à la porte, mais la victime lui a indiqué que tout le monde était couché en le pressant de quitter les lieux. Bibeau s’est montré insistant. L’accusé a alors perdu le contrôle et a infligé un coup de couteau à l’épaule de la victime.

Un deuxième locataire, qui a entendu le bruit, s’est présenté à la porte et a reçu un coup de couteau à l’abdomen. Quand il s’est rendu compte de ce qu’il avait fait, l’accusé est retourné chez lui pour laver le couteau et ses vêtements.

Il s’est ensuite rendu de nouveau sur les lieux de l’incident où les policiers étaient présents. Il les a menacés avec une fausse arme à feu. Selon le témoignage de l’accusé, il souhaitait à ce moment que les policiers l’abattent, mais ils ont réussi à le calmer.

image