30 juillet 2019
Presbytère de l'église Marie-Auxiliatrice transformé
Un quartier général pour la transition écologique à Sorel-Tracy
Par: Raphaëlle Ritchot

L'endroit deviendra un lieu de rassemblement pour les gens qui désirent faire des changements écologiques dans leur mode de vie. Image gracieuseté Hakima Djermouli.

Gracieuseté Hakima Djermouli.

Le plan de ce à quoi ressemblera le rez-de-chaussé, une fois terminé. Crédit Annie St-Onge - Designer d'intérieur.

L'extérieur du bâtiment situé sur la route Marie-Victorin. Photo gracieuseté MECR.

Une première esquisse d'une des salles de coworking de l’Écosystème. Crédit Annie St-Onge - Designer d'intérieur.

Des espaces pour les enfants seront également aménagés. Crédit Annie St-Onge - Designer d'intérieur.

Le Mouvement écologique du comté de Richelieu (MECR) travaille actuellement à transformer ce qui était le presbytère de l’église Marie-Auxiliatrice, situé au 850 route Marie-Victorin. Le bâtiment, qui comprend une vingtaine de pièces, deviendra L’Écosystème, un endroit où les gens de la région pourront se rassembler pour chercher des outils et de l’information et ainsi effectuer une transition vers un mode de vie plus écologique.

En achetant l’église Marie-Auxiliatrice, les propriétaires de la microdistillerie Les Subversifs avaient également acquis le presbytère de l’église situé juste à côté de cette dernière. Comme ils n’utilisaient que très peu ces locaux, ils ont accepté de les céder au MECR.

« Sans Les Subversifs, on ne pourrait pas offrir ce projet à la communauté. Ce partenariat représente plusieurs dizaines de milliers de dollars, mais nous avons quand même des charges. C’est un bâtiment assez dispendieux à faire rouler », a précisé la présidente du MECR, Valérie-Anne Fontaine.

L’Écosystème rassemblera un café, une épicerie en vrac, une bibliothèque d’outils où les citoyens pourront emprunter des objets comme un extracteur à jus, une tondeuse en passant par une tente de camping.

« L’objectif de la bibliothèque d’outils, c’est que les gens se désencombrent à la maison et qu’ils empruntent les objets qu’ils n’utilisent que très peu souvent plutôt que de les acheter », indique la présidente du MECR, Valérie-Anne Fontaine.

Il y aura également une salle de machines à coudre, deux espaces de coworking, une pièce pour les enfants et un « repair-café ».

« Une fois par mois, nous souhaitons que des électriciens et des mécaniciens viennent sur place dans le cadre du repair-café et aident les gens à réparer leurs objets désuets plutôt que de les jeter », ajoute-t-elle.

Mme Fontaine aspire vraiment à ce que les gens habitent cet espace. « Ultimement, on voudrait que ce soit ouvert tous les jours et que ce soit une espèce d’aimant pour la communauté. Ça va être LA place pour se sensibiliser et en apprendre plus sur les changements climatiques », précise-t-elle.

Les différents comités de l’organisme sans but lucratif y retrouveront également des locaux pour plancher à leurs différentes tâches.

Les travaux effectués de façon bénévole ont commencé en mars dernier. Mme Fontaine espère pouvoir ouvrir l’endroit au public dès l’automne prochain.

Jardin-forêt collectif

En plus des travaux à l’intérieur, les membres du MECR travaillent d’arrache-pied à aménager et entretenir une forêt nourricière sur le terrain autour de l’Écosystème et de la microdistillerie Les Subversifs, qui utilisent l’église pour la production de leur alcool. Un projet auquel Mme Fontaine tient beaucoup étant donné que le secteur de la Ville de Saint-Joseph-de-Sorel est un désert alimentaire.

« L’objectif d’un jardin collectif, c’est que les gens viennent participer, mais également récolter. C’est pour tous, il faut donc partager, prendre ce dont on a besoin et en laisser aux autres », a-t-elle ajouté.

Une grande variété d’arbustes y a été plantée. On y retrouve, entre autres, des bleuets, des kiwis arctiques, des framboises, des fines herbes et des tomates.

D’ailleurs, chaque mercredi de l’été, de 18 h à 21 h, la population est invitée à venir donner un coup de main à L’Écosystème, que ce soit au niveau des travaux intérieurs ou pour l’entretien de la forêt nourricière située à l’arrière de l’ancienne église.

En septembre, le MECR démarrera aussi une campagne de financement pour qu’il puisse se doter de personnel pour opérer L’Écosystème.

« On va avoir besoin de l’appui des gens et des entreprises d’ici », conclut-elle.

image