26 mars 2019
Projet de loi 17 : les chauffeurs de taxi en colère
Par: Raphaëlle Ritchot
Plusieurs chauffeurs de taxi de la Ville se sont suivis en klaxonnant dans les rues du centre-ville pour protester contre la réforme de l'industrie du taxi du ministre des Transports. Raphaëlle Ritchot | Les 2 Rives ©

Plusieurs chauffeurs de taxi de la Ville se sont suivis en klaxonnant dans les rues du centre-ville pour protester contre la réforme de l'industrie du taxi du ministre des Transports. Raphaëlle Ritchot | Les 2 Rives ©

Une quinzaine de chauffeurs de taxi de Sorel-Tracy ont protesté le lundi 25 mars contre le projet de loi 17 du gouvernement provincial, qui vise entre autres à dérèglementer l’industrie du taxi et à régulariser les activités des services comme Uber.

Les chauffeurs se sont réunis devant le bureau du député de Richelieu Jean-Bernard Émond, au Centre Desranleau à Sorel-Tracy, avant de défiler en klaxonnant dans les rues du centre-ville.

« On voulait dire à M. Émond qu’avec ce projet de loi, ils vont mettre des propriétaires de taxi en faillite. Des gens vont faire des dépressions. Il y a du monde qui va perdre leur maison », s’est exclamé le président de la Coopérative de taxis Sorel-Tracy, Mario Paul-Hus.

Avec cette réforme de l’industrie du taxi, les chauffeurs n’auront donc plus à détenir un permis de conduire classe 4 C, ni un véhicule muni d’une plaque d’immatriculation T.

Le gouvernement souhaite également abolir les agglomérations de taxi au sein desquelles des quotas de permis de propriétaire de taxi étaient fixés. Un chauffeur pourrait donc desservir sur l’ensemble du territoire québécois.

« C’est ridicule, on dirait que M. Bonnardel a quelque chose contre les chauffeurs de taxi. Ça a ni queue ni tête cette affaire-là », a ajouté M. Paul-Hus.

M. Paul-Hus a laissé entendre qu’il pourrait y avoir d’autres actions si le gouvernement compte aller de l’avant avec ce projet de loi.

image