21 décembre 2015
Prison de Sorel-Tracy: pas de dépassement de coûts ni de retard
Par: Louise Grégoire-Racicot
La construction de la nouvelle prison de Sorel-Tracy est presque terminée. | Photo TC Média - Pascal Cournoyer

La construction de la nouvelle prison de Sorel-Tracy est presque terminée. | Photo TC Média - Pascal Cournoyer

La construction de la prison de Sorel-Tracy n’enregistre aucun dépassement de coûts (174 M$) et sera complétée comme prévu au printemps 2016, soutient le porte-parole de la Société québécoise d’infrastructures (SQI), Martin Roy.

:« Quand on parle dans le Journal de Montréal de 199 M$, c’est qu’on inclut les coûts d’exploitation qui seront versés au consortium Horizon Justice Sorel-Tracy qui l’exploitera », explique-t-il.

Rappelons que le projet avait été estimé, en 2010, à 143 M$. Puis le ministre de la Sécurité publique d’alors, le péquiste Stéphane Bergeron, a confirmé, en 2013, au début de la construction, qu’il en coûterait plutôt 174 M$ pour la compléter. Il avait alors attribué cette hausse à l’inflation qui avait atteint 4% à cette époque et au grand nombre de projets de construction qui prévalait à ce moment.

« Si on parle aujourd’hui de 199 M$, c’est que ce montant inclut le coût de la construction plus les coûts d’exploitation pour les dix premières années de l’entente de partenariat et 4 M$ pour les équipements de sécurité publique », insiste M. Roy.

« Le budget autorisé par le ministère a été respecté. Ceux qui voient des écarts ne comparent probablement pas les données en dollars courants plutôt qu’en dollars constants, ce qui fait disparaître l’impact de l’inflation entre 2010 et 2015. »

Un consortium

C’est le consortium Horizon Justice Sorel-Tracy, formé des firmes Fiera Axium Infrastructure Canada s.e.c, Fiera Axium Infrastructure Canada II s.e.c, Pomerleau inc., Verreault inc., Provencher Roy & Associés Architectes inc., Dessau, qui a construit le bâtiment. La Société de contrôle Johnson veillera à son exploitation et à son entretien.

Le bâtiment sera livré au printemps 2016, confirme M. Roy. « Il appartiendra ensuite au ministère de la Sécurité publique de se l’approprier, que ses employés soient initiés aux nouveaux équipements et formés pour y faire leur travail.Je ne saurais dire le temps que cela prendra. »

Des données

:Centre de sécurité moyenne, il compte 300 places en cellules individuelles et 80 lits répartis en dortoirs pour les contrevenants purgeant une peine discontinue. 149 places de plus que les établissements actuels de Valleyfield et de Sorel-Tracy qu’elle remplacera.

@

image