11 janvier 2018
Deuxième procès d'Alain Primeau
Près de 300 personnes attendues pour former le jury
Par: Julie Lambert

Alain Primeau a été déclaré coupable de meurtre non prémédité, le 29 janvier. (Photo: archives/Jean-Philippe Morin)

Les rues du centre-ville de Sorel-Tracy étaient bondées à proximité du palais de justice le 11 janvier en raison de la sélection du jury dans le cadre du deuxième procès d’Alain Primeau, accusé du meurtre de son frère en 2011.

Les rues du centre-ville de Sorel-Tracy étaient bondées à proximité du palais de justice le 11 janvier en raison de la sélection du jury dans le cadre du deuxième procès d’Alain Primeau, accusé du meurtre de son frère en 2011.

Près de 300 personnes ont été convoquées dans le but de former le jury pour ce procès où Alain Primeau est accusé de meurtre au premier degré. Les candidats se trouvaient dans deux salles du palais de justice en matinée en attendant qu’on leur explique les procédures.

Dans une des deux salles bondées, le juge de la Cour supérieure du Québec, André Vincent, a expliqué le déroulement de la sélection des jurés. Au terme de cette journée, on espérait avoir sélectionné 13 personnes (12 jurés et 1 remplaçant) afin de déterminer la culpabilité ou non de M. Primeau.

« C’est le plus important rôle que peut remplir un citoyen dans le cadre de l’administration de la justice », a rappelé le magistrat en expliquant les principales tâches des personnes qui seront appelées à former le jury, comme écouter la preuve qui sera présentée dès le 15 janvier à Sorel-Tracy.Le jury devra aussi écouter les témoignages de 11 personnes qui seront appelées à la barre par les avocats de la Couronne.

Alain Primeau avait été reconnu coupable de meurtre prémédité lors de son premier procès en 2014. Il avait reçu une peine de prison à perpétuité sans possibilité de remise en liberté conditionnelle avant 15 ans.

Selon la preuve dévoilée lors du premier procès, Richard Primeau empruntait souvent de l’argent au fils d’Alain Primeau, Pascal. Or, ce dernier présentait des problèmes mentaux. Alain Primeau, qui a été mis au courant de la situation, est alors parti chercher son fusil de chasse au sous-sol où il résidait chez son frère. Il est monté à l’étage et l’a tué. Les événements se sont déroulés en septembre 2011, sur la rue Manseau à Sorel-Tracy.

À lire aussi:

image