18 avril 2016
Politique énergétique: peu d’impact pour Parc éolien Pierre-De Saurel
Par: Julie Lambert
La nouvelle politique énergétique fait en sorte que le gouvernement libéral ne refilera plus la facture des futurs parcs éoliens aux consommateurs en augmentant les tarifs d’électricité. | Dépositphotos.com

La nouvelle politique énergétique fait en sorte que le gouvernement libéral ne refilera plus la facture des futurs parcs éoliens aux consommateurs en augmentant les tarifs d’électricité. | Dépositphotos.com

Dans sa nouvelle politique énergétique, Québec misera sur l’énergie renouvelable, mais souhaite aussi dissocier le développement de l’énergie éolienne de la fixation des tarifs d’électricité. Cette décision n’aura aucun impact sur le parc éolien Pierre-De Saurel, qui verra le jour en décembre 2016, soutiennent les gestionnaires du projet.

Le gouvernement libéral a dévoilé sa nouvelle politique énergétique le 7 avril dernier. D’ici 2030, Québec souhaite, entre autres, augmenter de 25% la production d’énergie renouvelable.

Malgré cette vision, le gouvernement de Philippe Couillard a indiqué qu’il n’y aurait pas d’appel d’offres pour de nouveaux projets éoliens pour les quatre à cinq prochaines années.

Selon le porte-parole du ministère de de l’Énergie et des Ressources naturelles, Nicolas Bégin, cette décision gouvernementale ne touchera pas les projets déjà en branle comme celui du parc éolien Pierre-De Saurel.

« Cela aura peut-être une répercussion lors de la fin de sa durée de vie. Le gouvernement a pour objectif d’augmenter sa production d’énergie renouvelable, mais en limitant l’incidence sur les consommateurs. L’objectif est que la filière éolienne tire profit de sa production en la vendant, par exemple, à d’autres marchés comme les États-Unis », explique-t-il.

Un accueil chaleureux

Si certains maires de la région de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent ont souligné que cette décision était un coup dur pour l’industrie éolienne, ce n’est pas l’opinion du directeur général du parc éolien Pierre-De Saurel, Frédéric Tremblay.

« Nous avons déjà un contrat et le gouvernement ne changera pas les projets déjà en cours. La politique vise une augmentation de 25% des énergies renouvelables et la réduction de la consommation des produits pétroliers. Ce sont seulement de bonnes nouvelles », souligne-t-il.

Le préfet de la MRC Pierre-De Saurel, Gilles Salvas, croit que cette décision confirme le choix des maires d’être allés de l’avant avec ce projet il y a plusieurs années.

« Les citoyens ont reproché la hausse des tarifs à Hydro-Québec qui vendait moins cher l’électricité que ce qu’il payait aux promoteurs éoliens. Nous n’aurions fait aucun bénéfice si nous avions mis le projet sur pied avec cette nouvelle politique. Le contrat que nous avons signé garantit encore plus sa rentabilité. Si on ne le prenait pas, quelqu’un d’autre l’aurait fait et en aurait bénéficié à notre place », pense le maire de Saint-Robert.

Un désaveu?

Le président du comité contre le projet de parc éolien, Fernand Gignac, pense que la nouvelle politique du gouvernement est un désaveu du gouvernement envers les projets éoliens.

Il croit que cette politique énergétique, tout comme l’autorisation d’un troisième recours collectif par la Cour Supérieure contre un parc éolien de la région de Chaudière-Appalaches, prouvent l’échec de la mise sur pied de tels projets.

« Cela fut long, mais il semble clair maintenant que le gouvernement se détache de l’éolien, enfin, après avoir fait miroiter mer et monde à la Gaspésie. Quel manque de vision, quel gaspillage. Nous en aurons pour une génération à payer les pots cassés », a-t-il commenté par courriel.

Cibles du gouvernement d’ici 2030

– Améliorer de 15% l’efficacité avec laquelle l’énergie est utilisée;

– Réduire de 40% la quantité de produits pétroliers consommés;

– Éliminer l’utilisation du charbon thermique;

– Augmenter de 25% la production totale d’énergie renouvelable;

– Augmenter de 50% la production de bioénergie.

image