9 mars 2020
Au CISSS de la Montérégie-Est
Plus de 500 postes permanents offerts aux préposés aux bénéficiaires
Par: Katy Desrosiers

Plus de 500 postes permanents de préposés aux bénéficiaires seront créés par le CISSS de la Montérégie-Est. Photo depositphotos.com

Le Centre de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME) a conclu une entente afin d’offrir très rapidement un poste permanent à tous les préposés aux bénéficiaires à l’emploi de l’établissement, qui n’en détenaient pas déjà un. Ce sont plus de 500 employés qui se verront offrir un poste, certains à temps complet.

Publicité
Activer le son

Il s’agit exactement de 503 préposés aux bénéficiaires qui sont non titulaires de postes sur les 1518 à l’emploi du CISSSME, qui comprend entre autres les établissements de santé de Sorel-Tracy. Tout autant de postes permanents seront donc créés.

L’entente est réalisée avec le Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS de la Montérégie-Est, affilié à la CSN. Elle est en fait un projet-pilote d’une durée de 12 mois.

Les préposés feront dorénavant partie d’une équipe dont le gestionnaire veillera à les inclure dans la confection des horaires conformément à leur nouveau poste. Selon le CISSSME, cette mesure aura pour effet de diminuer le temps supplémentaire obligatoire, d’augmenter la rétention et l’attraction du personnel et elle permettra d’offrir les meilleurs soins et services à la population.

La directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques du CISSSME, Vicky Lavoie, souligne qu’historiquement, le réseau de la santé et des services sociaux a toujours fonctionné avec des employés sans poste, qui étaient placés sur une liste de rappel.

« Dans le contexte actuel de rareté de main-d’œuvre, ce concept est dépassé et le CISSS de la Montérégie-Est compte bien y remédier. […] Cette entente nous permettra aussi d’offrir des postes aux futurs préposés aux bénéficiaires qui seront notamment embauchés lors de journées Blitz de recrutement en avril prochain », souligne Mme Lavoie, en ajoutant qu’il s’agit d’un exemple concret où employeur et syndicat peuvent ensemble faire une différence.

image