23 avril 2015
Plamondon dénonce vivement le budget conservateur
Par: Louise Grégoire-Racicot
Le député bloquiste Louis Plamondon déplore que le Québec ne trouve pas son compte dans le budget conservateur. | :TC Média – Pascal Cournoyer

Le député bloquiste Louis Plamondon déplore que le Québec ne trouve pas son compte dans le budget conservateur. | :TC Média – Pascal Cournoyer

SOREL-TRACY – Le budget Harper, adopté le 21 avril dernier n’a rien pour plaire au député bloquiste Louis Plamondon. Voilà un budget carrément électoraliste conçu pour gagner les votes de groupes particuliers, dont les gens de la banlieue de Toronto, dit-il.

Publicité
Activer le son

« La question environnementale, l’avenir de nos régions, l’aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin, tout ça est absent du budget », dénonce-t-il.

Alors que les Québécois se voient imposer des politiques d’austérité par le gouvernement Couillard, Ottawa ne rétablit pas les transferts en santé, ne compense pas le Québec pour la déduction pour les frais de garde, poursuit-il.

Il s’insurge aussi contre le fait que, pour équilibrer ce budget, les conservateurs aient puisé cinq milliards de dollars dans la caisse de l’assurance-chômage alors que cette caisse devrait être autonome, prêche-t-il.

« Voilà que M. Harper taxe indirectement les travailleurs pour donner aux mieux nantis. De tous ceux qui payent l’assurance-chômage, seulement 38% y ont accès à cause de la baisse des critères pour pouvoir en retirer », dit-il.

Par exemple, si un employé est congédié, on considère que l’employeur a raison de le faire, et ce, sans enquêter sur la situation. Il ne recevra pas d’assurance-chômage tout comme le travailleur qui quitte son emploi, et ce, même pour des raisons fort valables, déplore-t-il.

M. Plamondon s’étonne aussi que, dans ce budget, les conservateurs déclarent qu’il n’y a pas, au Canada, de déséquilibre fiscal alors que tous les premiers ministres provinciaux dénonçaient ce même déséquilibre, il y a quelques semaines. « L’argent est collecté par Ottawa, mais les dépenses sont défrayées par les provinces », rappelle-t-il.

L’investissement pour la création d’emplois et la croissance économique, annoncé pour 2015, représente à peine 5% des sommes prévues pour les cinq prochaines années. Il n’y a rien de prévu.

Localement, dit-il, ce budget favorise certaines personnes bien nanties, mais pénalise les chômeurs.

Il ne craint pas pour autant que cela joue dans le prochain scrutin électoral. « Il n’y a pas dans notre comté de véritables racines conservatrices. Mais cela pourrait entrainer la division du vote entre conservateurs et libéraux. D’autant que dans ce budget, le Québec est ignoré », réitère-t-il.

Deux points particuliers

M.Plamondon a tout de même admis que ce budget était favorable aux PME pour lesquelles les conservateurs prévoient apporter une aide à l’exportation. « Ce qui pourrait favoriser nos entreprises locales, mais on ne sait pour le moment en quoi consistera cette aide. »

Mais, ajoute-t-il, il n’y a pas un mot sur l’aide à apporter aux producteurs laitiers et fromagers qui seront fort affectés par les ententes de libre-échange convenues avec l’Europe.

Il apprécie également le soutien financier aux aidants naturels qui auront désormais le droit de retirer six mois d’assurance-chômage plutôt qu’un pour se consacrer entièrement aux membres de leur famille devenus moins autonomes.

image