13 août 2019
Du plaisir pour tous au camp de jour Plaisirs d’été
Par: Raphaëlle Ritchot

L’accompagnatrice Megan Hardy en compagnie de la jeune fille dont elle s’occupe. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le service d’accompagnement a toujours existé, mais que de plus en plus d’efforts y sont consacrés. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Alors que les troubles déficitaires de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ou encore les troubles du spectre de l’autisme sont diagnostiqués de plus en plus tôt chez les enfants, les moniteurs de camps de jour ont aussi besoin de support. C’est le rôle que jouent les accompagnateurs et les techniciennes en éducation spécialisée au camp de jour Plaisirs d’été de Sorel-Tracy.

D’ailleurs, c’était la première année que le camp de jour se dotait de deux techniciennes en éducation spécialisée (TES) plutôt qu’une, un ajout jugé plus que nécessaire par la coordonnatrice en chef du camp de jour, Anne H. Benoit.

« Nous ne sommes pas obligés de faire de l’accompagnement, c’est une initiative qui vient des Plaisirs d’été. Nous n’avons pas le droit de refuser de jeunes avec un besoin particulier dans un camp de jour municipal, alors il vient un moment où il faut s’équiper pour que se soit plus agréable pour tout le monde, et pour les enfants, et pour les animateurs, et pour toute l’équipe qui est sur place », ajoute-t-elle.

« Ce qu’on fait, c’est beaucoup d’aider les animateurs, comment bien intervenir avec certains cas, on va beaucoup agir comme coach et nous sommes là pour les interventions plus précises. Le fait d’être deux nous permet de ne pas juste éteindre les feux, mais de mettre en place des stratégies d’intervention », précise, l’éducatrice spécialisée, Laurie-Eve Cordeau.

Si l’enfant doit prendre de la médication pendant les heures de camps c’est également les TES qui en sont responsables.

Le rôle des accompagnateurs

En plus des deux TES, ils étaient 19 accompagnateurs cet été au camp de jour pour s’occuper d’une cinquantaine d’enfants aux besoins particuliers.

« Les accompagnateurs n’ont pas un rôle d’animation, ils sont vraiment là pour accompagner le jeune qui leur est attitré et ils passent l’été avec le ou les mêmes enfants, mais ils n’ont qu’à s’occuper de ce ou ces jeunes-là », ajoute Mme H. Benoit.

Pour l’accompagnateur Matthieu Courchesne, c’est le travail et la progression effectués avec le jeune pendant l’été qui le motive.

« J’aime la relation que je développe avec eux, on finit par s’attacher. Le but de notre travail, c’est vraiment que les jeunes puissent se dépasser et s’intégrer au reste du groupe quand c’est possible », explique l’accompagnateur qui étudie également en travail social à l’université.

Cet été, Matthieu Courchesne s’est majoritairement occupé de deux enfants en particulier. L’un d’entre eux est atteint d’une déficience intellectuelle alors que l’autre a des problèmes de motricité, un trouble d’opposition ainsi que le syndrome Gilles de la Tourette.

Pour qu’un enfant soit accompagné, il faut qu’un parent en fasse la demande et que les démarches partent du  Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) ou du CLSC. Une fois la fiche santé d’un jeune reçue au camp de jour, les coordonnatrices, avec l’aide du CLSC, jugeront de quel ratio l’enfant a besoin. Parfois c’est un accompagnateur pour un enfant, d’autres fois ça peut aller jusqu’à un accompagnateur pour quatre enfants.

« Il y a des enfants accompagnés qui sont TDAH, souvent ces derniers, sont jumelés en groupe de deux ou trois, on a des enfants qui ont un trouble du spectre de l’autisme, on a des enfants qui sont non-verbal, on a des enfants qui ont certaines rigidités. Nous en avons déjà eu aussi qui étaient très anxieux, ça tourne souvent autour de ça. »

La semaine dernière était la dernière semaine d’activités des Plaisirs d’été. La semaine dernière était la dernière semaine d’activités des Plaisirs d’été. Comme le camp a reçu un nombre plus élevé qu’à l’habitude d’enfants aux besoins particuliers, l’embauche de deux accompagnatrices et d’une TES supplémentaires a été nécessaire.

image