7 février 2019
Élections fédérales dans Bécancour-Nicolet-Saurel
Pierre-André Émond est le choix des Conservateurs
Par: Jean-Philippe Morin

Pierre-André Émond, candidat conservateur dans Bécancour-Nicolet-Saurel. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Dans l'ordre : Michel Gauthier, militant conservateur et ex-chef du Bloc québécois, Pierre-André Émond, candidat conservateur dans Bécancour-Nicolet-Saurel et Alain Rayes, député conservateur de Richmond-Arthabaska. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Dans l'ordre : Michel Gauthier, militant conservateur et ex-chef du Bloc québécois, Pierre-André Émond, candidat conservateur dans Bécancour-Nicolet-Saurel et Alain Rayes, député conservateur de Richmond-Arthabaska. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Dans l'ordre : Alain Rayes, député conservateur de Richmond-Arthabaska, Pierre-André Émond, candidat conservateur dans Bécancour-Nicolet-Saurel et Michel Gauthier, militant conservateur et ex-chef du Bloc québécois. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Pierre-André Émond, candidat conservateur dans Bécancour-Nicolet-Saurel. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Alain Rayes, député conservateur de Richmond-Arthabaska. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Michel Gauthier, militant conservateur et ex-chef du Bloc québécois. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Pierre-André Émond, candidat conservateur dans Bécancour-Nicolet-Saurel. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Pierre-André Émond, candidat conservateur dans Bécancour-Nicolet-Saurel. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Pierre-André Émond, candidat conservateur dans Bécancour-Nicolet-Saurel, questionné par les journalistes après l'annonce officielle le 7 février. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Pierre-André Émond, candidat conservateur dans Bécancour-Nicolet-Saurel et Alain Rayes, député conservateur de Richmond-Arthabaska. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

La rumeur voulant que l’entrepreneur Pierre-André Émond se présente aux élections fédérales d’octobre prochain s’est confirmée ce jeudi 7 février. Le frère du député caquiste Jean-Bernard a été introduit à la presse et au public comme le candidat du Parti conservateur du Canada dans la circonscription Bécancour-Nicolet-Saurel.

« Je suis attaché à ma région. Me présenter en politique est la suite logique à cet attachement », a-t-il scandé devant une foule conquise de militants, au Quartier général à Sorel-Tracy.

Pierre-André Émond, résident de Sainte-Anne-de-Sorel âgé de 54 ans, est le propriétaire de l’Imprimerie Émond qui tient ce commerce depuis trois générations dans la région. Il a déjà été impliqué en politique à une reprise alors qu’il a été défait à la mairie de Sainte-Anne-de-Sorel en novembre 2017.

« Pourquoi le Parti conservateur? J’aime leurs positions progressistes. Le Parti a des positions concrètes pour faire avancer le Québec », a-t-il notamment dit.

Au cours des prochaines semaines, Pierre-André Émond compte sillonner la circonscription afin d’échanger avec les électeurs sur leurs préoccupations. En entrevue, le Sainte-Annois a dit croire que les électeurs sont prêts à élire un autre député que le bloquiste Louis Plamondon, bien en selle depuis 1984.

« Je pense que les gens sont rendus là. J’ai été nommé tôt pour pouvoir rencontrer encore plus de gens. Quand je vais aller à leur rencontre et que je leur expliquerai ma vision des choses, avec le bagage que j’ai, je pense que les gens vont faire ce choix », a-t-il souligné.

Président du conseil d’administration de la SADC Pierre-De Saurel, M. Émond a annoncé qu’il quittera cette fonction sous peu afin de se concentrer pleinement sur la campagne électorale.

Plusieurs enjeux

Même s’il compte questionner les citoyens sur les enjeux principaux de la circonscription dans les prochains mois, M. Émond dit déjà être au fait de plusieurs d’entre eux en étant vécu toute sa vie dans la région.

« On parle beaucoup de mobilité ces temps-ci. Il va falloir qu’on s’y attarde. On verra en octobre où ce dossier sera rendu, mais si je peux apporter ma contribution, je vais le faire. […] Il faut qu’il y ait une étude sérieuse complétée. Tant qu’on ne l’a pas dans les mains, on ne peut pas avancer. Plusieurs ministères sont impliqués là-dedans et une fois élu, je m’arrangerai pour que le dossier soit entre de bonnes mains. »

Selon l’entrepreneur, l’argent ne se rend pas assez dans le comté pour des projets depuis plusieurs années. « Je veux travailler à tisser les liens et être vigilant quand un décideur ou un entrepreneur a une idée pour être sûr que les sous descendent dans la région. Ça ne se fait pas assez. J’ai ce réflexe de développeur », a-t-il ajouté.

Appuyé par son frère

Le député de la CAQ, Jean-Bernard Émond, nouvellement élu en octobre dernier, appuie son frère aîné dans cette course. « Ce sont des valeurs familiales d’aimer les gens, d’aimer s’impliquer », souligne-t-il.

Lorsque questionné si la situation pouvait être problématique s’il était élu, Pierre-André Émond a répondu à la négative. « Il y a des enjeux ou des projets où deux paliers peuvent intervenir. Je peux vous assurer que la collaboration sera excellente! », explique-t-il.

« S’il y a quelque chose sur lequel le Parti conservateur garde le cap, c’est de maintenir le respect des juridictions provinciales et fédérales. On sent qu’il y a un respect mutuel dans les différents enjeux entre la CAQ et les Conservateurs », a ajouté le député conservateur de Richmond-Arthabaska et lieutenant du Québec, Alain Rayes.

image