11 mai 2019
« Personne ne nous voyait gagner en janvier! » – l’entraîneur-chef Christian Deschênes
Par: Jean-Philippe Morin

Christian Deschênes, à sa deuxième année derrière le banc des Éperviers, soulève sa deuxième coupe comme entraîneur. Photos André

L’entraîneur adjoint Daniel Archambault soulève aussi une deuxième coupe en deux ans. Photos André

Adam Bourque a été le premier à soulever le précieux trophée, un privilège destiné au capitaine. Photos André

Étienne Brodeur a été sacré joueur le plus utile des séries avec ses 14 buts, 15 passes et 29 points en 15 matchs. Photos André

Tous les joueurs ont tour à tour soulevé la coupe devant famille, amis et partisans. Photos André

Maxime Charron, qui a été éprouvé par les blessures cette année, a tout de même pu célébrer avec ses coéquipiers, ayant participé aux derniers matchs. Photos André

L’heure était à la fête du côté des Éperviers après la rencontre. Photos André

Malgré une série tumultueuse, la poignée de mains s’est effectuée dans le respect. Photos André

L’heure était à la fête du côté des Éperviers après la rencontre. Photos André

L’heure était à la fête du côté des Éperviers après la rencontre. Photos André

La traditionnelle photo d’équipe Photos André

Malgré la perte de plusieurs joueurs importants qui étaient de la formation championne en 2018, les Éperviers de Sorel-Tracy sont su défendre leur titre, le 10 mai. Ils étaient peu nombreux à pouvoir prédire cela il y a quelques mois.

À lire aussi:
« L’an passé, on l’a gagnée pour la ville, cette année, on l’a gagnée pour nous » – le capitaine Adam Bourque

« Si tu avais fait un sondage dans le journal en décembre ou en janvier, le pourcentage n’aurait pas été fort! », lance d’emblée l’entraîneur-chef Christian Deschênes, au lendemain de la victoire des siens en six matchs contre les Marquis de Jonquière en finale de la LNAH.

« C’est pour ça que l’effet surprise est encore plus là cette année. On a eu des hauts et des bas pendant l’année, mais avec la fin de saison qu’on a connue et l’arrivée de joueurs comme le gardien Marc-Antoine Gélinas et les attaquants Houde-Caron, Rubin puis les joueurs du senior AA comme profondeur, je savais qu’on avait des chances », ajoute-t-il.

Selon lui, le fait que des joueurs en ont mis plus sur leurs épaules a contribué à ce succès collectif.

« Le point tournant de la série a été le match #5, le jeudi 9 mai. Il manquait notre meilleur défenseur et nos deux meilleurs attaquants, alors qu’eux, ils ont mis le paquet. Ils ont fait jouer des joueurs qui ne sont pas là la semaine d’habitude et ils avaient leur équipe A. Tout le monde ensemble, avec 60 minutes d’efforts, je savais qu’on était capables de les battre. Tout le monde a bien compris son rôle. On n’est pas une équipe de CV, on est une équipe de cœur. On ne leur a pas donné une chance », se réjouit Christian Deschênes.

Le grand manitou des Éperviers promet un rassemblement à l’image de celui de l’an dernier plus tard cet été. « La parade avait été un succès. Ça fait deux ans en ligne qu’on gagne à l’extérieur, alors c’est sûr qu’on va revenir célébrer avec nos partisans! », conclut-il.

image