28 avril 2020
Les suppléants à Télé-Québec
Patrick Péloquin participe à la création de capsules éducatives télévisées
Par: Katy Desrosiers

Le conseiller municipal Patrick Péloquin a participé de chez lui à la création de plusieurs capsules éducatives pour Télé-Québec. Photo gracieuseté

Le conseiller municipal du quartier Des Patriotes à Sorel-Tracy, Patrick Péloquin, a participé à la conception de capsules éducatives s’adressant aux jeunes du secondaire pour l’émission Les suppléants à Télé-Québec. Il a ainsi pu collaborer avec plusieurs artistes appréciés des jeunes.

Publicité
Activer le son

M. Péloquin est également enseignant et depuis peu, conseiller pédagogique. Il a été contacté par la maison de production Trio Orange, qui a elle-même été mandatée par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur afin de produire les capsules. L’émission, animée par Pier-Luc Funk et Catherine Brunet, comprend des capsules sur différentes matières, réalisées par plusieurs artistes. Elle est aussi disponible sur le web.

« Ils m’ont demandé si j’étais disponible comme expert consultant pour les matières qui ont rapport à l’histoire, l’éducation à la citoyenneté et l’éducation financière. Bref, des matières que j’enseigne. J’ai dit oui tout de suite », explique M. Péloquin. En tant qu’un des premiers contactés, il a pu aider à mettre en place les barèmes pour la création des textes.

Une réalisation hors de l’ordinaire

Avec la situation particulière qui sévit actuellement, les capsules ont été réalisées à distance.

Lors de rencontres virtuelles, les artistes nommaient les sujets qui les intéressaient. Ceux qui évoquaient des thèmes en lien avec les compétences de M. Péloquin étaient jumelés avec lui.

« À partir des intérêts des artistes, j’établissais sur quoi on pouvait travailler. C’était quand même difficile parce que quand on est à la télévision, on est dans un mode de divertissement, tandis que là, il fallait être dans un mode d’éducation et de divertissement. […] L’artiste pouvait avoir une anecdote hyper savoureuse historique, mais on ne pouvait pas la prendre parce qu’il fallait que ça soit en lien avec le contenu vu dans le programme », mentionne-t-il.

Une fois les sujets établis et les informations collectées, M. Péloquin envoyait le tout aux auteurs qui rédigeaient les textes. Une fois terminés, M. Péloquin les vérifiait et ils étaient envoyés aux artistes pour qu’ils puissent les mettre en scène. Pour terminer, la version brute de la vidéo était envoyée au conseiller municipal pour qu’il puisse approuver de façon finale le contenu.

Patrick Péloquin a participé à la création d’une douzaine de capsules d’environ quatre minutes, a vérifié le contenu d’autres et a été consultant pour le texte des animateurs. Il a travaillé avec Marianne Verville, Julien Lacroix, Olivier Martineau et Léane Labrèche Dor.

« Les comédiens, ils vont vraiment servir le texte, tandis que les humoristes vont plus chercher à faire leurs jokes. C’est là qu’il faut que je supervise plus. Mais j’ai eu de très belles collaborations avec les artistes », avoue-t-il en riant.

La maison de production avait prévu environ trois semaines de capsules. « Tout est fait en fonction du mois de mai, parce que c’est la date de reprise, mais je présume que si le gouvernement décide de prolonger, le projet va se prolonger aussi », croit-il.

Après la reprise des classes?

Patrick Péloquin a toujours aimé transmettre des connaissances sous une forme différente. Il a déjà réalisé des capsules historiques pour CJSO et pour Matv. Cette nouvelle opportunité lui a encore plus donné la piqûre.

« Le but est de divertir, oui, mais surtout d’avoir des capsules en lien avec le programme et actuellement, il n’y en a pas. Je pense que c’est quelque chose que je pourrais peut-être exploiter. Ça devient comme un outil pédagogique et avec mon nouvel emploi de conseiller pédagogique, c’est vraiment dans mes cordes », mentionne-t-il.

image