13 février 2019
Pacte pour la transition : les élus sorelois appuient Dominic Champagne
Par: Deux Rives

Le conseil de Sorel-Tracy a adopté une résolution le 11 février. Photo gracieuseté

Réuni en assemblée publique, le lundi 11 février, le conseil de la Ville de Sorel-Tracy a adopté une résolution pour appuyer le mouvement « Le pacte pour la transition » et répond ainsi à l’appel de Dominic Champagne, instigateur du mouvement et porteur du projet de loi sur le climat.

En prenant officiellement position, les élus demandent au gouvernement et à l’Assemblée nationale du Québec de s’engager à déposer pour étude dès la prochaine session parlementaire, le projet de loi visant à assurer le respect des obligations climatiques du Québec. Ils souhaitent ainsi que tous les partis de l’Assemblée nationale s’engagent dans un même esprit non partisan de collaboration et d’unité face au défi climatique.

« Les citoyens de Sorel-Tracy sont très conscientisés et l’ont démontré à maintes occasions en prenant position dans les dossiers touchant l’utilisation et la dépendance à l’énergie fossile ainsi qu’à la préservation de l’eau potable et des milieux naturels. Les municipalités ont une grande responsabilité d’engagement et de leadership face à cet important enjeu. Elles doivent travailler à réduire la vulnérabilité de leur collectivité face aux conséquences des changements climatiques» de déclarer le maire, Serge Péloquin.

(Source : Ville de Sorel-Tracy)

La résolution

Considérant qu’un mouvement citoyen de la région de Sorel-Tracy a manifesté contre l’utilisation et la dépendance à l’énergie fossile.

Considérant que le maire de Sorel-Tracy, M. Serge Péloquin, est membre fondateur du comité de pilotage des municipalités réclamant une dérogation au Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP),

Considérant que plus de 250 000 Québécoises et Québécois ont signé le Pacte de transition afin de demander au gouvernement du Québec d’adopter une loi visant à assurer le respect des obligations climatiques du Québec, effectuer des actions concrètes et prendre position sur le respect de ces engagements,

Considérant le projet de loi visant à assurer le respect des obligations climatiques du Québec tel que déposé,

Considérant que les changements climatiques auront un impact budgétaire pour les municipalités,

Considérant que plus de 20 juridictions ont déjà adopté des lois similaires ayant pour but d’assurer l’atteinte des cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre, notamment la Colombie Britannique en 2007, le Royaume-Uni en 2008, l’Écosse en 2009, le Danemark en 2014, la Catalogne en 2017, la Norvège en 2017 et la Suède en 2018,

Considérant que deux mois après son élection, le premier ministre François Legault a déploré que l’état québécois n’a pas de plan pour réduire les émissions de gaz à effet de serre,

Considérant que le premier ministre a reconnu l’urgence d’agir et qu’au lendemain de la COP24 à Katowice, il y a lieu que le gouvernement du Québec formalise ses intentions,

Considérant que le projet de loi déposé ne vise ni à dénoncer les gestes passés des gouvernements précédents, ni à restreindre le gouvernement actuel mais plutôt à amener l’Assemblée nationale à faire front uni dans la lutte contre les changements climatiques,

Les élus demandent au gouvernement et à l’Assemblée nationale du Québec de s’engager à déposer pour étude dès la prochaine session parlementaire, le projet de Loi visant à assurer le respect des obligations climatiques du Québec et que tous les partis de l’Assemblée nationale s’engagent dans un même esprit non partisan de collaboration et d’unité face au défi climatique.

Une copie de cette résolution sera transmise au premier ministre du Québec, M. François Legault, et au député de Richelieu à l’Assemblée nationale, M. Jean-Bernard Emond.

image