24 mai 2016
« On va répondre aux besoins exprimés par les artistes » – Dominique Rolland
Par: Julie Lambert
Le coordonnateur du projet du Centre des arts contemporains du Québec, Dominique Rolland, est toujours convaincu de la pertinence de réhabiliter le bâtiment en milieu de vie culturelle et dynamique. | Photo: TC Média - Julie Lambert

Le coordonnateur du projet du Centre des arts contemporains du Québec, Dominique Rolland, est toujours convaincu de la pertinence de réhabiliter le bâtiment en milieu de vie culturelle et dynamique. | Photo: TC Média - Julie Lambert

Près de deux semaines après l’incendie qui a ravagé l’ancien bâtiment de la Sincennes-McNaughton Line, situé sur la rue Charlotte, son origine est toujours inconnue. Malgré des dommages importants, le coordonnateur du Centre des arts contemporains du Québec, Dominique Rolland, assure que le projet de réhabilitation des lieux ira de l’avant même si des ajustements sont à prévoir.

Publicité
Activer le son

L’incident malheureux n’aura pas trop d’impacts sauf à court terme puisque l’organisme est en attente de l’évaluation d’un architecte.

« La priorité a été mise sur la protection des citoyens et à rendre de nouveau les lieux sécuritaires. Nous attendons de voir ce que l’ingénieur dira de l’état de la structure. Il y aura des étapes à réaliser comme de remettre la structure aux normes et de nettoyer le site. On aura peut-être aussi certains ajustements à faire sur nos plans et devrons travailler plus fort et de concert pour répondre aux échéanciers, mais on demeure très positif », pense-t-il.

Existant depuis près de 35 ans, l’organisme a déjà travaillé sur des projets culturels d’une grande ampleur comme sur le musée de plein air de la Ville de Lachine. Ce dernier amène près de 400 000 visiteurs par année et a coûté environ 6 M$, payés à près de 85% par le secteur privé.

L’organisme souhaite pouvoir reproduire la même chose à Sorel-Tracy en développant les lieux pour en faire un moteur économique pour la région.

« On croit qu’il ne peut pas y avoir de la culture sans développement économique. On veut faire de ce site un lieu de rencontre entre les artistes et la population. On va répondre aux besoins exprimés par les artistes qui désiraient en faire un centre de création multidisciplinaire, dynamique et en effervescence », assure M. Rolland.

Toujours sous enquête

La porte-parole de la Sûreté du Québec, Ingrid Asselin, confirme que l’enquête, pour déterminer si l’incendie du 9 mai dernier est d’origine criminelle, est toujours en cours. Selon elle, les enquêteurs devraient remettre un rapport dans les prochains jours, « Il a été confirmé par la Service de sécurité incendie que le feu n’était pas d’origine électrique puisqu’il n’y en avait pas dans le bâtiment. »

Du côté de la municipalité, les rapports des ingénieurs sont toujours attendus, mentionne le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin. Des évaluations sur le terrain doivent encore être réalisées pour déterminer l’ampleur des dommages causés à la structure du bâtiment.

Le greffier à la Ville, René Chevalier, confirme que le bâtiment, comme tout le parc immobilier de la municipalité, était assuré. L’assureur fera ses propres expertises dans les prochains jours, souligne-t-il.

« On va récupérer une somme comme ce fût le cas lorsque la piscine extérieure Robidoux avait été soulevée par le gel. Ce ne sera pas un bâtiment avec une valeur à neuf étant donné son état. Les assureurs considéreront les caractéristiques du bâtiment construit selon les normes d’une certaine époque. Ils prendront tout ça en compte et la Ville décidera par la suite ce qu’il faut faire », explique M. Chevalier.

À lire aussi:

Un symbole historique qui s’envole en fumée

– Le projet du Centre des arts contemporains n’est pas compromis, selon le maire

– Un technicien en scène d’incendie enquête

Description du projet de réhabilitation du site de la Sincennes-McNaughton Line

– Siège social du Centre des arts contemporains du Québec.

– Ateliers d’artistes locaux et également internationaux accessibles au public, certains vitrés pour être vus de l’extérieur.

– Salles de formation par des artistes auprès du public adulte et jeunesse.

– Salles d’exposition.

– Galeries d’art extérieures.

– Restauration.

– Parc aménagé pour la promenade sur le quai Richelieu avec de l’animation et un éclairage adapté.

image