19 décembre 2018
Rio Tinto Fer et Titane
« On va devoir redresser rapidement la barre » – le directeur général Guy Gaudreault
Par: Julie Lambert

Le directeur général de Rio Tinto Fer et Titane de Sorel-Tracy, Guy Gaudreault, a présenté un plan d'action sur cinq ans pour redresser l'entreprise aux prises avec plusieurs difficultés dans les dernières années. Photo Julie Lambert | Les 2 Rives ©

Rio Tinto Fer et Titane (RTFT), installée depuis 68 ans à Sorel-Tracy, a dû faire face à plusieurs problèmes dans les dernières années au niveau de la sécurité et des difficultés du marché. Le directeur général de l’entreprise, Guy Gaudreault, compte bien redresser la situation au cours des prochains mois en mettant en branle un plan d’action en 2019.

Publicité
Activer le son

« Le principal défi que j’ai eu dès que je suis arrivé en mars 2018, c’est celui de sécurité. Nous venions d’avoir une explosion à un four et on a eu un autre événement d’une tristesse incroyable. On a eu a faire un virage de sécurité important. C’est sur cela que nous nous sommes attelés à la tâche dès le début avec l’ensemble des employés pour faire un virage majeur », a concédé Guy Gaudreault.

Concernant le deuxième incident, M. Gaudreault fait référence au décès du sous-traitant Francis Lalancette, écrasé par une plaque de métal chez RTFT en avril 2018. Le directeur général ne pouvait pas confirmer que cet accident de travail aurait pu causer la fermeture des installations soreloises. « Les fatalités ou les accidents au travail sont inacceptables. Se blesser au travail, ce n’est pas normal », souligne Guy Gaudreault.

Une année charnière

L’année 2019 sera déterminante pour l’entreprise, qui travaillera à la construction et à la mise en opération de nouveaux fours. Selon le directeur général, ces investissements étaient nécessaires pour la pérennité de RTFT au cours des prochaines années.

« On a un historique des cinq dernières années où notre rendement financier n’est pas au bon niveau. Il est très bas. Pour rencontrer des cibles acceptables, il faut faire un virage majeur aussi au niveau financier. L’année 2019 est donc une année charnière, voire critique dans notre plan qui s’étale sur cinq ans », assure-t-il.

L’entreprise a une ambition de baisser le coût à la tonne d’environ 40 %. Elle souhaite optimiser ses procédés, éliminer le gaspillage, faire mieux avec ses équipements et augmenter leur fiabilité. L’entreprise doit également regagner la confiance de son organisation, mais aussi de ses clients, croit le directeur général.

« Une des pierres angulaires de notre transformation, autre que la sécurité, c’est l’implication de nos employés. On a cartographié l’ensemble des endroits où on a des choses à améliorer autant au niveau des coûts que sur le procédé. On l’a fait avec des équipes de travail, une quinzaine depuis le mois d’août. Le défi que nous avons, c’est aussi la rapidité de s’améliorer. C’est pour cela qu’il faut livrer rapidement, dès le mois de janvier, ce que nous avons promis pour nous sortir de la boucle des cinq dernières années », ajoute Guy Goudreault.

Pour permettre à l’entreprise d’atteindre ses objectifs, des rencontres ont été demandées avec les syndicats afin de négocier les conventions collectives avant la date où elles seront échues au printemps prochain. « On veut comme ça s’assurer que tout le monde sera focussé à livrer le plan et à passer un message très positif à l’ensemble de nos partenaires, notre organisation et la communauté », explique le gestionnaire.

La pénurie de main-d’œuvre est aussi une réalité de l’entreprise qui a actuellement 70 postes à combler dans ses installations soreloises, dont des cadres et des syndiqués. Guy Gaudreault vise à atteindre 1408 employés au cours des prochaines années.

« Ce qui a été fait dans le passé [NDLR : les coupures de postes] était nécessaire pour être capable de passer à travers et pour que l’usine soit encore là. Ce sont des choix qui ont été difficiles. Nous sommes en train de rebâtir ça et je lève mon chapeau à tous les employés qui ont passé à travers cette période-là. La bonne nouvelle, c’est que nous avons un plan pour être capables de positionner notre usine dans son futur. Nous sommes là depuis 68 ans et nous voulons qu’elle soit là encore longtemps », assure Guy Gaudreault.

Portrait de Guy Gaudreault

– Né à Arvida au Saguenay-Lac-Saint-Jean ;

– Diplômé de l’Université de Montréal en Relations industrielles ;

– Il travaille chez Rio Tinto depuis 1989, dans les installations du Saguenay et en France. Il est à Sorel-Tracy depuis mars 2018 ;

– Il a cinq différentes expériences comme directeur général.

image