25 février 2019
Présentation d'Une colonie à Sorel-Tracy
« On a fait le film avec tout notre cœur » – la réalisatrice Geneviève Dulude-De Celles
Par: Julie Lambert

La réalisatrice originaire de Sorel-Tracy, Geneviève Dulude-De Celles (à gauche), continue de remporter les honneurs avec son long métrage Une colonie. Elle est accompagnée sur la photo de l'actrice principale du film, Émilie Bierre. Photo Julie Lambert | Les 2 Rives ©

La présentation du film Une colonie a attiré une foule de spectateurs le 23 février dernier au cinéma Saint-Laurent de Sorel-tracy. Photos Julie Lambert | Les 2 Rives ©

La cinéaste originaire de Sorel-Tracy, Geneviève Dulude-De Celles, choisit toujours des sujets qui l’inspirent et la touchent. C’est avec beaucoup d’émotions qu’elle s’est lancée dans son premier long métrage Une colonie mettant de l’avant les méandres de l’adolescence. Après un détour à Berlin, la réalisatrice est venue le présenter dans son patelin, le 23 février dernier, encore surprise du succès qu’elle récolte partout où elle passe.

À lire aussi la critique du film: – Une quête universelle mise en lumière

La cinéaste était très fébrile quelques minutes avant de présenter son film à la population soreloise, très nombreuse à s’être déplacée au cinéma Saint-Laurent lors de la deuxième journée de représentation du film.

« Il y a quelque chose de spécial à le présenter à des gens que tu connais. Je suis très touchée de voir que les gens sont au rendez-vous et qu’ils sont venus très nombreux pour voir le film », a réagi Geneviève Dulude-De Celles, souriant aux gens se rendant dans la salle de projection.

La réalisatrice se réjouit du succès que remporte son long métrage depuis sa sortie à l’automne dernier. Il a notamment remporté, le 16 février, l’Ours de cristal du meilleur film lors de la 69e édition du Festival international du film de Berlin. Elle avoue candidement qu’elle ne s’attendait pas du tout à connaître autant de succès.

« On a fait le film avec tout notre cœur et on a essayé de faire le meilleur travail possible. On ne peut pas anticiper les réactions du public, mais elles sont très positives depuis que nous avons sorti le film à Québec. Dans chaque festival que nous avons fait, on a récolté un prix. On a aussi de beaux échanges avec le public. C’est intéressant de voir que cela rejoint les gens de tout âge », mentionne-t-elle.

Une touche de réalisme

La réalisatrice souligne que son inspiration pour ce premier long métrage venait d’un autre projet : son court métrage La Coupe, réalisé il y a quelques années. Ce dernier mettait en scène une jeune fille de 12 ans, tiraillée entre l’enfance et l’adolescence.

« J’avais envie de poursuivre avec un personnage entre deux âges encore, mais dans un récit qui était plus ambitieux. Ç’a été le moteur d’Une colonie que j’ai écrit aussi en parallèle du tournage que je faisais avec mon documentaire Bienvenue à FL. Celui-ci se passait dans une école secondaire. Ça m’a replongée à cette époque de ma vie et réactualisé mes souvenirs aux contacts des jeunes. Tout ça m’a beaucoup nourrie et m’a menée à la réalisation du film », explique Geneviève Dulude-De Celles.

Celui-ci sera en salle toute la semaine à Sorel-Tracy et peut-être un peu plus si le public est au rendez-vous, ajoute la cinéaste. Elle continuera de faire la tournée des salles de cinéma dans les prochaines semaines et prendra à nouveau l’avion pour aller le présenter dans un autre festival international.

« Je m’en vais en Suède à la fin du mois de mars et après, je ne sais pas encore. Il y a eu beaucoup de gens qui l’ont vu. À Berlin, il y avait des programmateurs de festival internationaux, alors on attend des retours de ce côté-là », espère-t-elle.

Même si la présentation de son film est encore toute récente, la réalisatrice travaille déjà sur un nouveau scénario de film qui s’inspire de la réalité des immigrants.

« J’ai déjà entamé un court métrage de fiction. Je m’éloigne du précédent thème. Ce sera l’histoire d’un Roumain montréalais qui doit retourner dans son pays d’origine après une trentaine d’années au Québec. Je suis toujours très intéressée par l’humain et j’ai toujours une volonté de dépeindre de façon réaliste la réalité de chacun », conclut-elle.

image