23 mars 2021
Nuance!
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit une chronique hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

Qui donc fait en sorte que des plages de vaccination s’ajoutent à Sorel-Tracy?

Publicité
Activer le son

À lire aussi : Des plages se libèrent à Sorel-Tracy

À en croire les nombreuses interventions du maire Serge Péloquin sur sa page Facebook, on peut penser que c’est grâce à lui, aux appels nombreux qu’il loge auprès de la directrice du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est (CISSSME), Mme Louise Potvin, pour plaider une meilleure cédule de vaccination pour ses citoyens que s’ajoutent progressivement de nouvelles plages ici.

Ainsi écrivait-il le 10 mars : « J’ai souligné la nécessité d’ajouter des plages horaires de vaccination à Sorel-Tracy afin de répondre à la demande de la population. Après nos discussions, on m’a informé que le CISSSME prévoit ajouter des plages horaires à Sorel-Tracy en fonction de l’arrivée des doses ».

Et il intervient de nouveau les 11, 14 et 19 mars sur le même sujet, spécifiant l’ajout de nouvelles plages. Il remercie alors « la direction du CISSSME pour son écoute et sa collaboration afin d’ajuster la répartition des plages horaires pour la vaccination à Sorel-Tracy ».

D’ailleurs, tous les commentaires ajoutés à ces annonces applaudissent ses interventions et l’en remercient chaleureusement!

En plus, le 11 mars, il affirme au SorelTracy Magazine que Mme Potvin avait reconnu l’iniquité de la situation! Ce que personne n’a contredit.

Le hic, c’est que la même semaine, le député Jean-Bernard Émond précisait que « les vaccins sont distribués par le Programme québécois d’immunisation sous l’égide du gouvernement du Québec. Donc, aucune intervention politique du palier municipal, d’une ville ou d’une municipalité ne fera en sorte d’obtenir plus de doses ».

Que faut-il conclure alors?

Oui, les deux hommes comprennent bien l’impatience des Sorelois d’être vaccinés dans leur patelin.

M. Péloquin croit que les vaccins sont distribués selon des critères inacceptables pour les siens. Et il le fait savoir, insistant qu’il n’est pas normal que des Sorelois soient allés à Saint-Hyacinthe pour être vaccinés alors que Sorel-Tracy dispose de son centre sécuritaire de vaccination. Oui, il relève de sa compétence de lutter pour le mieux-être des siens.

Mais il apparait maladroit qu’il se décrive comme à l’origine d’une nouvelle distribution alors qu’elle dépend notamment de critères indépendants de notre volonté – âge des résidents, nombre de cas d’infection dans un milieu, population totale et disponibilité des vaccins. Des critères décidés en haut lieu, supérieur aux CISSSME, rappelle le député. Sorel-Tracy répond bien au critère d’âge. Les autres lui échappent.

Est-ce vraiment une bonne stratégie pour la suite des autres dossiers de la santé que de placer constamment la directrice du CISSSME en mode défensif?

Et ces interventions publiques influenceront-elles aussi les relations ville-député?

Pour le moment, rien ne permet de le penser. Mais c’est inquiétant, d’autant qu’on connait le caractère du bouillant maire qui pardonne difficilement les désaccords privés ou publics de ses interlocuteurs. Mais on en sait beaucoup moins sur celui du député Émond qui jusqu’ici n’a pas eu de montée de lait publique au sujet des divers dossiers qu’il porte.

Cependant, des rapports harmonieux entre MM. Émond et Péloquin sont d’autant importants que tous deux siègent au conseil d’administration de Développement économique Pierre-De Saurel à qui on confie la relance régionale. De ce rapport dépend aussi la concrétisation de projets municipaux et régionaux essentiels à l’amélioration de sa condition socioéconomique.

L’heure n’est donc pas au désaccord, mais à la pédale douce. Celle qui favorise la clarté des relations.

Oui, il faut intervenir pour améliorer les situations. Mais pas à n’importe quel prix, ni sur n’importe quel ton. Surtout pas celui de l’affrontement, mais plutôt celui de la collaboration. Décidément, la situation appelle à plus de nuance!

image