27 mai 2016
Northex Environnement donne une seconde vie aux sols contaminés
Par: Julie Lambert
La nouvelle usine de l’entreprise Northex Environnement est la première au Québec dédiée au traitement des sols contaminés en métaux lourds. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

La nouvelle usine de l’entreprise Northex Environnement est la première au Québec dédiée au traitement des sols contaminés en métaux lourds. | Photo: TC Média – Pascal Cournoyer

Après dix ans de travail pour développer une nouvelle technologie, l’entreprise Northex Environnement a ouvert officiellement les portes de sa nouvelle usine traitant les sols contaminés en métaux lourds, le 24 mai dernier, à Contrecœur. Un projet estimé à 5 M$ qui donnera une seconde vie à ses sols contaminés.

Publicité
Activer le son

C’est à la suite de l’ouverture de son centre de sols contaminés aux hydrocarbures en Montérégie en 2005 que l’entreprise s’était donné comme défi de trouver une solution au problème de contamination inorganique (métaux des sols), explique le directeur du développement des affaires chez Northex Environnement, Bernard-Alexandre Gaulin.

Ayant reçu le brevet de cette technologie en 2012, l’entreprise a construit son usine d’environ 35 000 pieds carrés et comptant plus d’une quinzaine d’employés en 2013, mais a dû attendre les certifications nécessaires des différents paliers gouvernementaux pour ouvrir officiellement ses portes la semaine dernière.

Le quart des sols contaminés au Québec prennent habituellement la direction de l’enfouissement. Selon M. Gaulin, il existe une très forte demande pour cette technologie puisqu’il y a actuellement peu de procédés de traitement commercial viable.

« Il y a peu de technologies adaptées. Notre particularité est de revaloriser les sols contaminés au lieu de les enfouir. Au début, on vise 60% à 70% de revalorisation, mais on pense que rapidement nous pourrons le faire en totalité », mentionne-t-il.

Le secteur de la construction industrielle est celui qui pourrait le plus en bénéficier, pense le directeur. L’entreprise fait surtout affaire avec des contractants travaillant sur des terrains où il y a eu des fermetures d’usine ou un changement d’activité, mais aussi avec des particuliers.

Le procédé s’adaptera à tous les types de matériaux, dont les fins et très fins (argile, silt, etc.) qui seront transformés en matériaux pouvant être réutilisés comme remblai ou intrant pour la fabrication d’autres produits.

« On a même travaillé avec un artiste pour de l’argile. Il y a beaucoup de débouchés et de potentiel. »

image