11 juin 2019
Nicolas Aubé-Kubel veut s’implanter dans la LNH
Par: Jean-Philippe Morin

Nicolas Aubé-Kubel a disputé neuf matchs dans le circuit Bettman l'an dernier, mais il veut faire partie du grand club dès le début de la saison cette année. Photo 38Photography

Goûter à la Ligue nationale de hockey (LNH) était bien, mais y rester est encore mieux. Le Sorelois Nicolas Aubé-Kubel ne se contente pas des neuf matchs disputés avec les Flyers de Philadelphie l’an dernier; il veut faire partie du grand club dès cette année.

« Je veux jouer dans la Ligue nationale cette année. Je vais me présenter prêt au camp d’entraînement », lance l’attaquant sorelois, lorsque questionné sur son objectif de la prochaine saison.

Même s’il n’a pas de contrat en poche pour la prochaine saison, le jeune homme de 23 ans ne s’en fait pas outre mesure. Son agent croit qu’il signera une nouvelle entente avec les Flyers vers la fin juin ou début juillet et qu’il demeurera à Philadelphie étant donné qu’il est agent libre avec compensation.

Aubé-Kubel a connu une autre excellente saison chez les Phantoms de Lehigh Valley avec ses 16 buts, 14 passes et 30 points en 54 matchs. En 2017-2018, il avait mérité son poste sur un trio offensif et avait explosé avec ses 18 buts, 28 passes et 46 points en 72 matchs.

« Cette année-là, c’était vraiment mon éclosion. J’ai appris à bien jouer autant offensivement que défensivement. Cette année, j’ai touché à la Ligue nationale. Toute l’équipe a eu des hauts et des bas, puis on a manqué les playoffs par un point, alors c’est décevant, mais j’ai quand même connu une bonne année en général », souligne le Sorelois.

Des débuts modestes

Le choix de deuxième ronde des Flyers en 2014 a fait ses débuts dans la LNH le 30 octobre dernier, à Anaheim. Cette journée a été bien spéciale pour lui pour plusieurs raisons.

« Après une partie à Binghamton, le coach est venu me voir et m’a dit que je jouais à Anaheim dans deux jours. J’étais bien content, d’autant plus que j’ai été appelé en même temps qu’un de mes coéquipiers avec qui je m’entends bien, Tyrell Goulbourne. En sortant de la chambre, j’ai envoyé un texto à mes amis, j’ai appelé mes parents, mon grand-père… Tout de suite, mes amis ont dit qu’ils prenaient un billet d’avion et venaient me rejoindre là-bas. J’ai vécu le voyage à Anaheim et Los Angeles avec mes amis, puis San Jose avec ma famille », se souvient-il.

Sur la glace, le Sorelois n’a pas connu les débuts espérés. En neuf rencontres, il a terminé avec aucun point et aucun tir au but, mais un différentiel de +1. Il jouait sur le quatrième trio avec des joueurs peu offensifs comme Dale Weise, Jori Lehtera et Scott Laughton. Il admet que la transition de la Ligue américaine à la Ligue nationale n’a pas été facile, lui qui connaissait pourtant un bon début de saison avec les Phantoms.

« Je ne jouais pas beaucoup puisque je remplaçais des blessés. En plus, le coach allait se faire congédier, il était sur la corde raide. On m’a demandé d’aller dans la Ligue américaine et de travailler fort. »

Malgré tout, il dit avoir adoré son expérience. « C’était vraiment spécial. Sur la glace, c’était un peu plus décevant parce que je ne jouais pas beaucoup, mais en dehors de la glace, j’ai vraiment aimé être avec les gars, goûter à l’expérience. Ils prennent soin de nous. Dès le camp d’entraînement, je vais arriver prêt et je veux jouer avec les Flyers toute l’année », conclut-il.

image