4 juillet 2018
Nancy Gentes est candidate du Parti conservateur du Québec dans Richelieu
Par: Jean-Philippe Morin

Nancy Gentes (Photo: gracieuseté)

Une cinquième candidate se lance dans la course à l’élection provinciale du 1er octobre. Nancy Gentes, nouvellement installée à Contrecœur depuis trois mois, espère lancer un message avec sa candidature pour le Parti conservateur du Québec.

La mère de famille de 43 ans a été officialisée comme candidate le 28 juin. Même si elle n’a aucune expérience en politique, elle veut prouver une chose en particulier en se lançant dans la course.

« J’avais écrit pour avoir de l’aide puisque j’ai été victime d’une agression par mon ex-conjoint. Le Parti conservateur m’a contactée et on m’a dit que ça leur prenait du monde comme moi, avec du guts, dans leur équipe. Je leur ai dit qu’un jour j’allais être en politique, mais je ne pensais pas que ça arriverait aussi tôt! J’ai donc rempli les documents, j’ai été acceptée et maintenant, je fonce pour aider les victimes d’actes criminels », raconte Nancy Gentes.

« J’ai eu la chance d’avoir quelqu’un qui m’a aidée, mais je dénonce toujours que celui qui agresse a tous les docteurs ou les psychologues à sa disposition en quelques jours, alors que ça prend des mois aux victimes pour avoir cette aide », dénonce-t-elle.

Née à Laval et ayant grandi à Pointe-Calumet, Nancy Gentes a étudié au Cégep Lionel-Groulx en éducation spécialisée à l’enfance. Elle ne cache pas son enfance et son adolescence difficiles en raison de l’alcool et la violence, dans sa fiche de présentation sur le site web du Parti conservateur. La mère de famille a élevé ses enfants seule et dit vouloir se lancer pour améliorer les services aux victimes et les aider à dénoncer leurs agresseurs.

« J’ai foncé dans la vie pour tout avoir et j’ai tout perdu en raison d’un homme violent. Mais je suis une fonceuse, alors je vais me battre pour tout ravoir. Même si j’ai peur, je vais aller jusqu’au bout dans les procédures judiciaires », déclare-t-elle.

Lors de la campagne électorale, elle compte aller à la rencontre des gens de la circonscription pour écouter leurs préoccupations. Elle espère ouvrir un site web ou une ligne téléphonique où les victimes pourront lui raconter leur histoire. La candidate conservatrice veut aussi organiser des soirées ou des portes ouvertes dans lesquelles les gens raconteront leur histoire ouvertement, si ça peut les aider à passer à travers leur épreuve.

« J’ai été pendant neuf ans assistante-gérante dans un McDonald’s, alors je connais bien le service à la clientèle. J’adore le contact avec les gens et j’ai très hâte de rencontrer les électeurs de Richelieu. Je suis emménagée depuis peu à Contrecœur, mais je m’engage à visiter Richelieu dans les prochaines semaines. J’ai écrit aux organismes du coin pour les rencontrer. Je suis déjà tombée en amour avec le secteur! », conclut-elle.

Sylvain Rochon (PQ), Jean-Bernard Émond (CAQ), Sophie Chevalier (PLQ) et Sophie Pagé-Sabourin (QS) sont également dans les rangs lors de l’élection du 1er octobre dans la circonscription de Richelieu.

image