1 août 2017
Monique Guévremont tombe entre les bonnes mains
Par: Julie Lambert
Monique Guévremont a été victime d’un accident vasculaire cérébral lors d’un rendez-vous chez son inhalothérapeute. | Pascal Cournoyer

Monique Guévremont a été victime d’un accident vasculaire cérébral lors d’un rendez-vous chez son inhalothérapeute. | Pascal Cournoyer

Monique Guévremont était à un rendez-vous le 27 juin, quand elle a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Rien ne laissait présager qu’elle se réveillerait à l’hôpital plusieurs heures plus tard, sauvée de justesse par l’instinct d’une professionnelle de la santé.

Cette journée en était une comme les autres, se rappelle la dame de 68 ans. Elle participait à une activité de sa résidence. Elle a quitté, vers 14h45, pour se rendre à la clinique médiale, située sur l’avenue Hôtel-Dieu de Sorel-Tracy, où elle rencontrait son inhalothérapeute, Marie-Ève Cloutier.

« Je n’ai jamais eu de difficulté à écrire. À la résidence, on a remarqué que j’avais écrit tout croche et que j’avais eu de la misère à compter les points », mentionne Mme Guévremont.

Suivre son instinct

À la clinique, la dame a été appelée presque tout de suite par Mme Cloutier. Selon l’inhalothérapeute, sa patiente avait des comportements étranges.

« Elle est venue vers mon bureau et a foncé dans le cadre de la porte. Je me posais des questions parce que cela peut arriver à tout le monde et je ne la connaissais pas puisque c’était la première fois que je la voyais. J’avais l’intuition que cela n’allait pas », confie la professionnelle de la santé.

Au cours de la discussion, Mme Cloutier a posé plusieurs questions à sa patiente qui disait se sentir confuse. « Certaines fois, elle disait des choses qui avaient du sens et la fois d’après, elle cherchait ses mots », ajoute-t-elle.

Ne voulant pas prendre de chances, elle a passé un coup de fil au Château Langelier et a parlé aux employées Michelle Frenette et Nathalie Breton. Ces dernières l’ont informée que ce n’était pas dans les habitudes de la résidente de perdre ses mots et d’agir de cette façon.

Inquiète, l’inhalothérapeute a appelé les ambulanciers. Ces derniers ont amené Mme Guévremont directement à l’hôpital où elle est restée plusieurs jours.

« Je ne me souviens de rien de mon rendez-vous, avoue-t-elle avec candeur. Mon amie Nicole Martel était venue dans les premières heures et il paraît que je ne l’ai pas reconnue. Heureusement, on m’a soignée assez vite. Je n’ai pas eu de séquelles sauf quelques pertes de mémoire et de la fatigue. Ce n’est pas le cas pour tout le monde. »

Éternellement reconnaissante

Mme Cloutier se réjouit d’avoir pu porter secours à cette patiente. « Je suis contente d’avoir suivi mon intuition. C’est un geste normal à poser quand on voit quelqu’un en détresse », dit-elle.

Mme Guévremont est de son côté très reconnaissante envers la professionnelle qui l’a sauvée grâce à ses connaissances des symptômes d’un AVC.

« J’ai été chanceuse parce que, pour moi, c’est arrivé tranquillement. J’avais la chance d’avoir un rendez-vous avec une personne dont je vais me souvenir toute ma vie. J’invite les gens à être vigilants à ces signes », conclut la dame.

image