19 février 2019
Propriétaire de Vilmik Transport et président d'honneur du 34e Gala mérite économique
Michel Boisvert en cinq questions
Par: Katy Desrosiers
Michel Boisvert de Transport Vilmik (à gauche) est le président d'honneur du 34e Gala du mérite économique qui se tiendra au Cégep de Sorel-Tracy le 27 avril prochain. 
Photothèque | Les 2 Rives ©

Michel Boisvert de Transport Vilmik (à gauche) est le président d'honneur du 34e Gala du mérite économique qui se tiendra au Cégep de Sorel-Tracy le 27 avril prochain. Photothèque | Les 2 Rives ©

Le président d’honneur de la 34e édition du Gala du mérite économique qui aura lieu le 27 avril prochain, Michel Boisvert, invite les entreprises de la région à s’inscrire. Il nous raconte l’expérience que son entreprise retire de sa participation.

Q1 Pourquoi avoir accepté d’être président d’honneur de la 34e édition du Gala du mérite économique?

L’expérience a été bonne pour nous. Ç’a « crinqué » le moral de mes troupes. Tant la période cocktail que le gala nous ont permis d’expliquer ce qu’est Vilmik et ça nous a beaucoup aidé côté visibilité. Quand on m’a demandé, j’ai accepté tout de suite. Pendant l’année, on est dans une bulle dans l’entreprise et cette soirée, c’est l’occasion de recevoir de bonnes tapes dans le dos. On se fait des contacts et quand on a des questionnements, on peut les appeler pour un conseil. Lors de la soirée, on met la compétition de côté et on s’aide.

Q2 Pourquoi est-ce important pour les entreprises de la région de s’inscrire ou d’assister au Gala du mérite économique?

Si les entreprises n’osent pas s’inscrire, elles font une grave erreur. Les petites comme les grandes entreprises méritent d’avoir cette visibilité. Ceux qui disent qu’ils n’ont pas le temps ou que l’entreprise est trop petite, faites-le quand même. Trouvez un mentor pour vous aider, prenez quelques minutes un samedi matin pour remplir le questionnaire. Les gagnants sont les chanceux qui ont le bonbon de plus à la fin de la journée, mais seulement la vidéo et la présentation lors de la soirée font la différence.

Q3 Que représente, presqu’un an plus tard, en termes de bénéfices et retombées, le prix Coup de cœur remporté l’an dernier, lors de la 33e édition du Gala?

On était aussi en nomination pour l’employeur de choix, mais nous n’avons pas gagné. Par contre, juste de se retrouver en nomination, ç’a permis d’amener des gens chez nous. On est présentement en recrutement pour des postes en gestion et quand on dit qu’on a été en nomination parmi les employeurs de choix, ça fait une différence dans la réaction des gens. Par contre, on a remporté le prix Audace du coup de cœur des pairs. C’est la plus grande reconnaissance de la soirée et le gagnant est sélectionné par les personnes présentes. Grâce à cette reconnaissance, davantage de gens dans la région nous réfèrent.

Q4 Comment se porte votre entreprise Transport Vilmik et comment l’avez-vous amené là où elle est présentement?

L’entreprise se porte très bien, surtout avec cette dernière année d’activités. Depuis deux ans, on a pris conscience des vrais enjeux qu’on avait. Oui il y a un défi du côté du recrutement, mais il faut trouver des solutions pour amener des gens de talent. On pourrait s’asseoir et pleurer en disant que c’est difficile, mais il y a des employés disponibles, il faut seulement aller les chercher. On est plus à l’écoute des clients et des fournisseurs ainsi que de leurs besoins. Maintenant, on se concentre sur l’aide aux employés pour qu’ils soient fidèles et heureux.

Q5 Quels changements ont été apportés depuis que vous avez racheté les parts de votre partenaire d’affaires Richard Villeneuve l’an dernier?

La transition s’est effectuée de façon cordiale et elle était prévue dans le plan d’affaires. Depuis, nous avons embauché Élisabeth Aussant qui est devenue vice-présidente au développement organisationnel, c’est un peu mon bras droit. En 2011, Richard Villeneuve et moi avons lancé Transport Vilmik qui se concentrait sur le marché américain, alors que l’entreprise Transport J A Pouliot, que Richard possédait avec Pierre Cournoyer, se concentrait sur le Canada. En 2014, Transport Vilmik a acheté l’autre entreprise puisque M. Cournoyer s’est retiré. En 2018, comme Richard voulait prendre un peu de recul et qu’il ne voulait pas me restreindre avec ma fougue, il m’a cédé les rennes de Transport Vilmik.

image