27 janvier 2021
Meurtre à Saint-Ours : le suspect a comparu avec une brûlure à la main
Par: Jean-Philippe Morin

Maxime Bujold a comparu pour le meurtre au deuxième degré de Yannick Bricout-Tremblay et de l’incendie criminel de sa résidence. Photo tirée de Facebook

La maison du chemin des Patriotes, à Saint-Ours, a été incendiée par le suspect pour tenter de dissimuler les preuves du meurtre. Photo Les 2 Rives ©

Maxime Bujold, 44 ans de Saint-Robert, a comparu brièvement par visioconférence, brûlé en partie à la main, le 27 janvier au palais de justice de Sorel-Tracy. Il fait face à des accusations de meurtre non prémédité (au deuxième degré) et incendie criminel.

Publicité
Activer le son

Selon nos informations, Maxime Bujold connaissait bien la victime, Yannick Bricout-Tremblay.

La procureure de la Couronne, Me Geneviève Beaudin, a expliqué pourquoi le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a déposé des accusations de meurtre non prémédité (deuxième degré) plutôt que meurtre prémédité.

« Dans un meurtre au premier degré, il faut démontrer clairement la planification du méfait et que c’est un acte réfléchi. Je ne peux pas parler des faits de la cause pour l’instant, mais l’accusation choisie a été le meurtre au deuxième degré », a-t-elle souligné à sa sortie du tribunal.

Lors de la comparution, qui a duré à peine trois minutes, l’accusé a répondu calmement aux questions du juge Denys Noël et des avocats.

Il n’est pas exclu que Maxime Bujold puisse recouvrer sa liberté pour la suite des procédures. La prochaine date de cour a été fixée au 18 février. À ce moment, on verra si la défense renoncera à l’enquête sur remise à liberté.

« De notre côté, on s’est assurés qu’il reçoive les soins appropriés à l’infirmerie de la prison de Sorel-Tracy pour ses blessures », a commenté l’avocat Me Réal Quintal, qui représentera l’accusé.

Rappelons que le Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec a arrêté Maxime Bujold le 26 janvier. Les services d’urgence avaient été appelés à se rendre sur les lieux d’un incendie de résidence au 1801, chemin des Patriotes, à Saint-Ours, le 22 janvier. Une fois l’incendie maîtrisé, le corps d’une personne inanimée a été découvert sur les lieux. L’enquête a permis d’apprendre qu’il s’agissait d’une mort violente survenue avant l’incendie.

image