30 mars 2021
Message paradoxal
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit une chronique hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

Étonnante décision que celle du Centre de services scolaire (CSS) de Sorel-Tracy de ne pas recycler les milliers de masques utilisés dans les diverses écoles de son territoire. Trop cher, évalue sa direction.

Publicité
Activer le son

C’est vrai que l’opération est coûteuse. À l’instar d’autres CSS, sa direction craint que le ministère ne respecte pas son engagement de rembourser les 7000 $ par semaine que cette opération exigerait. Comme si la confiance ne régnait pas entre ces instances alors qu’ils doivent faire œuvre commune. Le CSS dit préférer consacrer les fonds dont il dispose actuellement pour assurer services adéquats et réussite scolaire à leurs personnels et élèves plutôt que de recycler les masques. Ces craintes sont-elles vraiment justifiées? Si oui, comment atténuer ce chaos?

Certes, il serait inacceptable de la part du ministère de ne pas respecter la parole donnée. Et électoralement non rentable pour la CAQ qui dit faire de l’éducation sa priorité.

Mais, régionalement, il faut déplorer qu’une fois de plus un secteur essentiel – l’éducation – renonce à prioriser l’environnement pour ménager ses choix et budgets.

Oui, même en période de pandémie, les écoles doivent demeurer ouvertes, et ce, pour le mieux-être des jeunes qui les fréquentent. On doit continuer sans relâche de leur dispenser un enseignement qui saura former des citoyens responsables, ouverts et autonomes financièrement.

Il y a des années que les écoles sont des lieux privilégiés d’éducation à l’écologie, de sensibilisation à l’environnement. Et voilà que du jour au lendemain, elles envoient aux jeunes ce message paradoxal : on croit en la nécessité de protéger l’environnement, mais on ne recyclera pas les milliers de masques jetables que vous êtes tenus de porter quotidiennement pour protéger votre santé et celle des autres.

Pourtant, atout important, cette récupération est possible dans la région même, à l’Atelier – Centre de travail adapté du Recyclo-Centre. Des personnes handicapées en insertion sociale y récupèrent déjà les diverses composantes des masques usagés provenant notamment de Desjardins et de la Ville de Sorel-Tracy. Leur confier celle des masques du milieu scolaire ferait d’une pierre deux coups! Mais non, la CSS reste hélas dans son silo!

Reste que bien des gens doivent aussi disposer de ces masques de papier – dont tous ceux dispensés à qui fréquentent les différents services de santé de la région. Peut-être devrait-on tous savoir – qu’on soit à la maison, au travail ou à l’école – comment les décomposer et en disposer adéquatement. Comment en faire le tri à la source, quoi! Surtout que nous serons vraisemblablement appelés à les utiliser encore longtemps, là où on exclut le port du masque lavable.

Bien choisir

D’ici à quelques semaines accéderont à des postes clés de la région – direction générale de la Ville de Sorel-Tracy, direction générale de Développement économique Pierre-De Saurel et présidence de cet organisme – de nouveaux titulaires.

On est à chercher ceux qui devront consacrer leurs connaissances, talents et expériences à des organismes essentiels à la région, son bien-être, son avenir.

Il faudra avoir l’œil juste pour choisir la personne qui a non seulement un curriculum vitae ajusté à ces tâches, mais aussi une aptitude à communiquer clairement, aisément et franchement tant avec ses supérieurs que ses pairs, ses clients, ses partenaires et concitoyens. Pour mieux partager ses savoirs, réflexions et conclusions qui guident ses recommandations, et ce, sans écraser. Trois perles rares, quoi! Voilà qui est crucial à une fructueuse collaboration.

image