1 juin 2021
Marquer des points
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit une chronique hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

Deux nouveaux services communautaires en voie de réalisation rassurent sur le sort qu’on réserve ici aux personnes en difficulté.

Publicité
Activer le son

D’abord, dès l’automne, la Maison l’Ancrage Pierre-De Saurel recevra des 16-23 ans, leur évitant ainsi de se retrouver sans domicile fixe. Une campagne de financement réussie auprès des entreprises et citoyens a démontré clairement la volonté du milieu de se solidariser avec cette clientèle jusqu’ici négligée. En les hébergeant quelque temps dans la région immédiate, on leur permettra de se fixer de nouveaux repères, qu’il s’agisse de persévérance scolaire, d’intégration sociale, de quête d’autonomie, de résolution de conflits interpersonnels, de réintégration dans leur famille ou autre milieu de vie. Ainsi leur facilitera-t-on l’accès à une citoyenneté responsable et autonome.

Puis la semaine dernière, on confirmait l’inauguration d’un nouveau service : la Maison Oxygène Saurel. Elle recevra des pères (et leurs enfants) en difficultés personnelles, familiales ou conjugales. On les accompagnera dans la reprise en main de leur vie et le raffermissement des liens avec leurs enfants. Cette nouvelle maison est complémentaire à la Maison Le Passeur qui intervient déjà auprès d’hommes qui rencontrent des difficultés passagères (rupture amoureuse, épisode de dépression, deuil, perte d’emploi etc.), ou qui imposent ou vivent de la violence conjugale.

Ainsi s’ajoutent des services communautaires essentiels en complémentarité à la Maison La Source hébergeant des femmes violentées et en difficulté depuis plus de 20 ans, à la maison La Margelle (centre de thérapie en dépendance) ou La Traversée (centre de crise et de prévention du suicide). De modestes mais essentiels centres à l’écoute attentive des besoins de plusieurs! Encore faut-il leur assurer un financement adéquat leur permettant de mener à bon port leur mission et agrandir leurs installations, les besoins de la population étant toujours croissants. Sans oublier qu’ils sont des piliers importants d’une société en santé.

C’est bien beau de parler de relance, mais si la région ne s’occupe pas ou peu d’abord de ses citoyens en mal de vivre, elle ne pourra jamais aspirer à un mieux-être collectif acceptable! Heureusement, le monde communautaire a les yeux ouverts. Ses coups comptent, et ce, au bénéfice de tous!

Ai bien aimé…

la mise en place d’un premier tronçon de 30 kilomètres entre Saint-François-du-Lac et Sorel-Tracy visant à faire découvrir aux marcheurs qui l’emprunteront les beautés du lac Saint-Pierre et la diversité des entreprises touristiques qui y œuvrent.

Voilà une heureuse initiative citoyenne qui s’adresse à des marcheurs de tous les âges, qu’ils soient amateurs de plein air, férus de calme ou de solitude. Qu’ils l’abordent seuls, en famille, entre amis, ils y trouveront bien des raisons de satisfaire leur quête de bien-être, de beauté, de plaisir ou de faire le point, de s’intérioriser tout en marchant!

Voilà une fort belle et ingénieuse façon de transposer dans la région l’approche du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle et des bienfaits qu’il procure.

Ce parcours du lac Saint-Pierre pourrait totaliser 200 kilomètres, traversant 15 municipalités riveraines, si la campagne de sociofinancement va comme prévu. Car ses promoteurs comptent notamment sur la générosité et la solidarité des marcheurs qui l’emprunteront et des municipalités et entreprises qui en bénéficieront. Ils pourront ainsi compléter ce parcours novateur et attrayant pour découvrir les spécificités de cette réserve de la biosphère de l’UNESCO. La richesse de sa faune et de sa flore – oiseaux, poissons, plantes rares et milieux humides – en font en effet un écosystème unique qui sait émerveiller celui qui s’y aventure.

Voilà un projet unique qui permettra de le fréquenter plus assidûment encore sans en menacer la pérennité. Un bel exemple de développement durable!

image