15 juin 2015
Maison Leduc : un comité de sauvetage en quête d’une solution
Par: Louise Grégoire-Racicot
La maison plus que centenaire nécessite beaucoup de réparations. | Photo TC Média - Julie Lambert

La maison plus que centenaire nécessite beaucoup de réparations. | Photo TC Média - Julie Lambert

Un groupe de citoyens travaille désormais en comité pour sauvegarder une maison patrimoniale de Sainte-Victoire-de-Sorel, la maison Leduc.

On sait que c’est là qu’ont vécu plusieurs générations de Leduc dont celle de l’ex-député fédéral libéral Jean-Louis Leduc.

« Le comité fait actuellement visiter la maison à divers entrepreneurs pour qu’ils évaluent les coûts de la déménager puis de la restaurer », explique une des instigatrices du projet et ancienne conseillère, Linda St-Martin.

Ses membres ont rencontré diverses personnes susceptibles d’établir l’état de la maison, quoi faire pour la renforcir et la déménager.

« Cette maison n’est pas construite en pièces sur pièces, mais plutôt avec des colombages, selon un modèle américain qui a connu une grande vogue il y a une centaine d’années », explique-t-elle.

Pour le comité, cette maison a une valeur patrimoniale importante. Elle est bien située au cœur du village, près de l’église. « Elle témoigne de notre histoire et est une des plus vieilles maisons de la paroisse encore debout », insiste-t-elle.

On sait que c’est à la suite de la mise en vente de la maison par la municipalité qui l’avait achetée au début de l’année, que le comité s’est mis en branle, déposant même, en mai, une pétition de 150 noms demandant de la protéger, non de la démolir.

Mme St-Martin affirme que le comité fera le tour de la question, échangeant des idées avec des experts tant sur son déménagement que sur la vocation qu’elle pourrait avoir après sa restauration.

Ses membres espèrent bien que la municipalité leur fournira un terrain où la déménager. Cette dernière l’avait achetée afin d’y aménager une rue et y implanter un nouveau développement résidentiel.

La municipalité patientera un moment

Interrogé sur ces démarches, le maire Jean-François Villiard attend de voir les informations que recevra le comité des experts qu’il veut consulter. Personnellement, il dit avoir fait visiter la maison plusieurs fois. « Mais aucun entrepreneur invité s’est dit intéressé à l’acquérir à cause de son mauvais état. »

Il admet qu’il n’a pas donné d’échéancier au comité pour prendre sa décision. « Pour le moment, quelqu’un habite un des logements de la maison. Dès que cette personne déménagera, il faudra que le conseil tranche. Et ce sera final! » dit-il.

Entretemps, le comité est libre de consulter tous ceux qu’il juge aptes à le conseiller et de déposer ce qu’il entend faire dans ce dossier.

image