27 août 2015
Louis Plamondon, le député-ombudsman
Par: Louise Grégoire-Racicot
Le député bloquiste sortant, Louis Plamondon. | Photo tirée de Facebook

Le député bloquiste sortant, Louis Plamondon. | Photo tirée de Facebook

Le bloquiste Louis Plamondon est venu à la politique, en 1984, pour aider les gens et les entreprises de sa circonscription à régler les situations qui relèvent du fédéral ou encore sont à la recherche de support dans leurs divers projets.

Il avait pressenti ces besoins alors qu’enseignant au secondaire et homme d’affaires, il était actif au sein de son syndicat mais aussi dans le monde communautaire, dans le domaine de la santé, dans diverses organisations sportive, sociale ou culturelle et économique (caisse populaire, Chambre de commerce). Connu comme Barabbas dans la Passion, on l’a invité à se présenter.

« J’ai vu là l’occasion de poursuivre mon implication. Mon capital communautaire et social a fortement influencé ma façon de faire de la politique encore aujourd’hui. »

Mais depuis, les ministres n’ont plus de budgets discrétionnaires. Les fonctionnaires ont un rôle de plus en plus important dans le règlement des situations, décrit-il.

Plus qu’un législateur

Oui, un député est un législateur qui participe à des débats et peut présenter des projets de loi, reconnait-il. Mais son rôle le plus important est celui d’ombudsman. « Il défend citoyens et entreprises, les guide dans les dédales administratifs. »

Un rôle dans lequel il est fort confortable, surtout qu’à son âge (73 ans), sa famille est autonome. « J’ai un contexte familial qui s’y prête bien », note-t-il.

Sa grande force, estime-t-il, est sa profonde connaissance de l’appareil gouvernemental.

« Mon réseau de connaissances et la confiance établie depuis plus de 30 ans avec les fonctionnaires me permettent d’accélérer le règlement de dossiers des gens (assurance-chômage, pension de vieillesse, impôt, etc.) ou d’entreprises. Bâtir ce réseau prend du temps. L’entretenir aussi », conclut-il.

image