7 février 2018
L’Hôtel-Dieu de Sorel justifie la suspension d’une infirmière
Par: Sarah-Eve Charland

(Photo: Archives)

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est a fait une mise au point au sujet de la suspension de l’infirmière auxiliaire, Johanne Leclerc, qui a refusé de travailler en temps supplémentaire obligatoire (TSO) à l’Hôtel-Dieu de Sorel. Elle avait dénoncé la situation sur les réseaux sociaux le 6 février.

Publicité
Activer le son

La porte-parole du CISSS, Catherine Latendresse, explique que la sanction disciplinaire a été attribuée à l’infirmière auxiliaire parce qu’elle a quitté avant la mise en place d’une solution. Une deuxième infirmière avait aussi refusé d’effectuer le TSO au même moment. Le dossier de cette dernière est toujours en analyse auprès des ressources humaines.

« Devant son refus, le gestionnaire lui a demandé de rester le temps qu’il réorganise le travail et mette en place une solution pour assurer la continuité des soins auprès des patients. L’infirmière auxiliaire a malgré tout quitté l’établissement. La mesure disciplinaire est en lien avec son départ avant la mise en place d’une solution », assure Mme Latendresse.

Elle ajoute que les infirmières auxiliaires ont le devoir, par leur code déontologique, de s’assurer que quelqu’un prenne la relève de leur charge de travail avant de quitter les lieux.

« Le recours au TSO demeure une mesure de dernier recours. Par ailleurs, sur l’unité de chirurgie dont il est question, il y a peu de TSO. En 2017, ce sont au total trois TSO qui ont été demandés pour cette unité de chirurgie et deux en 2016 », mentionne-t-elle.

Sylvain Rochon appuie l’infirmière auxiliaire

Le député de Richelieu, Sylvain Rochon, a communiqué son appui aux infirmières de l’Hôtel-Dieu de Sorel par le biais d’un communiqué de presse. « Leur cri du cœur m’a atteint comme il a atteint, j’en suis certain, l’ensemble de la population de Richelieu. […] C’est celui de femmes et d’hommes qui aiment leur métier et réclament d’urgence de meilleures conditions de travail pour respecter le droit des patients de Sorel-Tracy d’obtenir les meilleurs soins possible. »

Sylvain Rochon a sollicité, dès son premier entretien avec la présidente-directrice générale du CISSS Montérégie-Est, qu’on adapte la structure avec des directions décentralisées afin de tenir compte des besoins spécifiques locaux.

« Je réitère donc ma demande. La situation exige une réponse rapide. Il en va de la qualité des soins à la population et de la santé du personnel chargé de leur apporter ces soins. »

À lire aussi:

image