19 mai 2020
L’homme jaloux qui battait sa conjointe plaide coupable
Par: Jean-Philippe Morin

Martin Lussier a plaidé coupable à plusieurs chefs d’accusation, dont séquestration, voies de fait et menaces de mort. Photo tirée de Facebook

L’homme qui était accusé de s’être introduit chez son voisin pour le battre et d’avoir attaché sa conjointe de peur qu’elle le trompe a reconnu sa culpabilité sur plusieurs chefs d’accusation, le 11 mai, au palais de justice de Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

À lire aussi :
Il aurait attaché sa conjointe avec une chaîne par crainte qu’elle le trompe

Martin Lussier, 38 ans, a plaidé coupable à sept des 17 chefs d’accusation auxquels il faisait face, dont séquestration, étranglement, voies de fait, introduction par effraction (menant à des voies de fait, vols et méfaits), menaces de mort et bris de probation. Certains autres chefs, dont agression sexuelle ainsi que d’autres voies de fait, menaces de mort et bris de probation, ont subi un arrêt conditionnel des procédures.

Rappel des faits

Selon le récit des faits lu à la Cour, Martin Lussier s’est introduit, avec un complice, dans l’appartement de son voisin le 16 avril. Il l’a roué de coups en l’accusant de coucher avec sa blonde avant de voler certains objets et de retourner chez lui. La victime a même témoigné que c’était la troisième fois en un mois que le suspect entrait par effraction dans l’appartement.

À la suite de l’exécution d’un mandat de perquisition, les policiers ont saisi le matériel volé chez le suspect et ont trouvé sa conjointe attachée au lit avec une chaîne et un cadenas.

Selon le témoignage de la victime, Martin Lussier l’a constamment accusée d’être infidèle tout au long de leur relation. Si elle niait, il la battait et l’étranglait jusqu’à ce qu’elle lui dise ce qu’il voulait entendre.

Toujours selon le récit lu en Cour, pour lequel il a plaidé coupable, Martin Lussier isolait sa victime et lui interdisait de voir ses amis. Même après une plainte en octobre 2019 qui empêchait l’homme de 38 ans de contacter la victime, ils se sont revus à plusieurs reprises. Elle est retournée vivre chez lui à Sorel-Tracy en janvier 2020 malgré une plainte déposée quelques jours plus tôt.

À ce moment, Martin Lussier croyait qu’elle se sauvait de l’appartement pour aller coucher avec d’autres hommes et c’est pourquoi il s’est mis à tout barrer de l’intérieur, comme les portes et les fenêtres. Ce n’est qu’à partir du 25 mars qu’il a commencé à l’attacher parce qu’il croyait toujours qu’elle s’enfuyait de l’appartement. Il l’enregistrait également pour savoir si elle sortait.

Une sentence en juin

Martin Lussier, qui demeure incarcéré pour la durée des procédures, doit revenir devant la Cour le 12 juin pour recevoir sa sentence dans ce dossier. Un rapport présentenciel a été demandé pour aider le juge à décider quelle peine imposer.

L’homme fait aussi face à deux autres chefs d’accusation, soit agression sexuelle et voies de fait, sur une autre victime alléguée, portant le total de chefs à 19 en tout. Ce dossier a été fixé à procès le 25 juin.

image