10 juin 2020
L’histoire d’un bambin orphelin au cœur du 11e roman de Lucy-France Dutremble
Par: Katy Desrosiers

L’auteure soreloise Lucy-France Dutremble se passionne pour l’histoire. Photo Simon Ménard

Le 11e livre de Lucy-France Dutremble, La forge des Maheu, sera en librairie à compter du 10 juin. Photo gracieuseté

L’auteure soreloise Lucy-France Dutremble lance, le 10 juin, son 11e roman, La forge des Maheu. L’intrigue, se déroulant dans les années 1940, tourne autour d’une jeune orpheline abandonnée.

Publicité
Activer le son

Dans ce roman de 442 pages, s’adressant à tous, Mme Dutremble met de l’avant Saint-Christophe d’Arthabaska, un village qu’elle a déjà habité. Elle y raconte l’histoire de deux familles voisines dans le rang Chicago, en 1947. Chez l’une, ils sont agriculteurs de père en fils, tandis que chez l’autre, ils sont forgerons de génération en génération.

Un jour d’hiver, les deux familles font une randonnée dans le bois. Après un moment, elles s’arrêtent dans une cabane qu’elles croient être un relais puisque de la fumée s’échappe de la cheminée. En entrant, elles découvrent un endroit vide, avec un bébé abandonné sur un lit. Marie-Alice, la femme du forgeron, tombe en amour avec la fillette, bien qu’elle sait qu’elle devra la remettre à la Crèche Saint-Vincent de Paul. Comme le couple est dans la cinquantaine, les chances qu’ils puissent l’adopter sont presque nulles, puisque les jeunes couples sans enfants sont priorisés. Après l’avoir fait examiner à l’Hôpital d’Arthabaska, ils la remettent à la Crèche. Ils pourront la visiter jusqu’à ce qu’elle soit adoptée, mais le tout brisera le cœur de Marie-Alice.

Tout au long du livre, on suivra l’évolution des deux familles et de la petite orpheline.

Avec la pandémie, le livre est passé à un cheveu de paraître seulement à l’automne. « Vu que les librairies rouvrent, le distributeur Prologue recommence tranquillement, explique l’auteure. Je suis bien contente. »

Pour ce roman, ainsi que pour les précédents, Lucy-France Dutremble a passé quelques mois à faire des recherches pour que son récit soit le plus possible basé sur des faits historiques.

« J’adore tout ce qui s’est passé avant, les anciens métiers. Justement, mon nouveau livre, je le dédie à ceux et celles qui ont existé avant nous. Parce que j’apprends beaucoup d’eux quand je fais mes recherches », souligne-t-elle.

L’auteure fait normalement ses recherches l’été et se concentre sur l’écriture à l’automne, alors qu’elle a davantage d’inspiration.

Populaire en Europe

Certains de ses livres comme Une bottine et un coeur sur une patte et La rue Royale étaient déjà disponibles à la librairie du Québec à Paris. Cependant, en octobre dernier, les droits de sa trilogie La vieille laide, parue ici sous les éditions Guy Saint-Jean éditeur, ont été rachetées par France Loisirs. Ainsi, la trilogie a été condensée en un tome et une nouvelle couverture a été créée. Le livre est distribué en France, en Belgique et en Suisse.

Mme Dutremble ne sait pas encore si le livre est apprécié dans ces trois pays. Elle en saura plus en octobre prochain, lorsqu’il aura été sur les tablettes pendant une année complète.

L’écrivaine a aussi commencé la rédaction d’un prochain roman. Elle conserve son rythme d’environ un bouquin par an. L’histoire du prochain se déroulera en 1924 à Saint-Antoine-de-Tilly, près de Québec, sur le bord du fleuve. Il mettra l’accent sur la pêche à l’anguille, qui fut très populaire à cet endroit.

« Depuis le mois de mars que j’ai commencé. J’ai écrit trois chapitres. Je n’ai pas écrit depuis le début de la pandémie. Peut-être que des journées où il fera moins beau en juillet, je vais me mettre là-dessus. Mais le plus gros se fera à l’automne », mentionne-t-elle.

image