3 octobre 2019
« Leur décision fait reculer la région! » – Gilles Salvas
Par: Jean-Philippe Morin

Gilles Salvas s'insurge contre la décision de la Ville de Sorel-Tracy de se retirer du PDZA et de la politique culturelle de la MRC. Photothèque | Les 2 Rives ©

Le retrait de la Ville de Sorel-Tracy des domaines agricole et culturel à la MRC de Pierre-De Saurel n’a pas fini de faire couler de l’encre. Le préfet de la MRC, Gilles Salvas, qualifie la décision du conseil sorelois de « recul pour la région ».

« Le gouvernement nous mandate, les MRC, pour être des leaders de notre région. Pour être leader, il faut travailler ensemble, y compris avec la ville-centre. On la reconnaît, nous, la ville-centre, mais je m’aperçois qu’elle ne veut pas travailler avec la MRC », s’insurge M. Salvas.

Le conseil de ville de Sorel-Tracy a adopté, le 30 septembre, une résolution unanime afin de se retirer de la Politique culturelle et du Plan de développement de la zone agricole de la MRC de Pierre-De Saurel. Le maire Serge Péloquin affirmait entre autres y voir un dédoublement des ressources. Des ressources que la ville-centre a déjà.

« Ce n’est pas un dédoublement, c’est un complément. Notre employé au PDZA aurait travaillé avec le commissaire industriel de Sorel-Tracy dans la zone industrialo-portuaire. Dans la Politique culturelle, oui il a des employés en culture et en loisirs, mais la représentante de la Ville travaillait avec celle de la MRC. Ça fait huit ans que ça existe et ç’a toujours fonctionné. Par exemple, pour les pièces de théâtre dans les écoles (Aventure T), il y avait trois pièces dans les écoles de Sorel-Tracy et trois dans la ruralité », argue-t-il.

Assemblée extraordinaire avortée

Les 12 maires étaient supposés tenir une séance extraordinaire de la MRC, le mercredi 2 octobre. Le principal point à l’ordre du jour était l’embauche de l’employé au PDZA. Comme la Ville de Sorel-Tracy s’est retirée du processus, le point aurait été reporté, si bien que huit des 12 maires ont décidé de ne pas se présenter à la séance. Seuls Serge Péloquin, Sylvain Dupuis, Alain Chapdelaine et Gilles Salvas y étaient. Comme le quorum n’était pas respecté, la séance n’a pas eu lieu.

Après l’avortement de la séance, Gilles Salvas a rejoint les huit maires absents de la séance pour un caucus.

« On a décidé de se rencontrer, les neuf maires en caucus, pour voir où on s’en va avec tout ça et discuter du plan de match. […] C’est un affront qui nous a été fait mercredi matin, quand ça fait deux mois qu’on travaille pour recruter un employé au PDZA. Serge Péloquin a toujours assisté aux rencontres pour engager cette ressource et cette séance était pour officialiser son embauche. Ça fait cinq ans que c’est un poste à la MRC. Qu’il décide lundi soir, en séance extraordinaire, d’ajouter un point à l’ordre du jour, de se retirer, ça fait reculer la région. […] », conclut-il, en invitant les citoyens à poser des questions lors de la prochaine assemblée publique du mercredi 9 octobre.

image