7 juin 2017
Les Vaillantes concluent leur saison avec une expérience enrichissante
Par: Jean-Philippe Morin
Les Vaillantes de Sainte-Victoire-de-Sorel ont disputé leur dernier tournoi de la saison dans la région de Boston, le 4 juin. | Photo: Jérémy Laprade

Les Vaillantes de Sainte-Victoire-de-Sorel ont disputé leur dernier tournoi de la saison dans la région de Boston, le 4 juin. | Photo: Jérémy Laprade

Malgré quatre défaites lors de leur dernier tournoi à Boston, les Vaillantes de Sainte-Victoire-de-Sorel ont conclu leur saison de mini-basket avec panache, rapporte leur entraîneur Pierre Lemay, qui tire sa révérence du coaching.

Le Championnat nationale de l’Amérique de Nord, à Boston, regroupait les meilleures équipes du Canada et des États-Unis en mini-basket féminin. Les Vaillantes étaient inscrites en U7 dans la division AAA avec 10 autres équipes, soit la division la plus relevée. Les autres joueuses avaient toutes au minimum 13 ans et demi, alors que les Vaillantes n’avaient que des joueuses de 11 ou 12 ans et une seule joueuse de 13 ans.

« Je n’ai jamais vu un tournoi aussi relevé que ça dans ma vie, confie l’entraîneur Pierre Lemay. Ce sont des clubs étoiles des États-Unis, on s’est frotté aux meilleures filles dans la plus grosse division du tournoi et on a quand même livré une chaude lutte. Je ne peux pas être plus fier d’elles qu’en ce moment! »

Les Vaillantes ont perdu leurs matchs 64-15 contre le Tennessee, 44-26 contre le Connecticut, 40-37 contre les Rivals du Massachusetts et 34-31 contre les Mavericks du Massachusetts.

« Dans nos deux derniers matchs, qui se sont terminés par trois points, ç’aurait pu aller d’un côté comme de l’autre. Les Vaillantes n’ont pas perdu à ce tournoi; elles ont gagné en expérience. Une expérience dont elles vont se souvenir toute leur vie », ajoute l’entraîneur.

Quant à Pierre Lemay, il ne pouvait pas mieux terminer sa carrière d’une quarantaine d’années dans le coaching. « C’est le plus loin que j’ai jamais été en 40 ans! Si une de nos bonnes joueuses, qui était blessée, avait pu jouer, qui sait ce qu’on aurait pu faire. Elles ont tout donné, je leur lève mon chapeau. Tout le monde, y compris les parents, se tenait ensemble. C’était réellement une belle équipe », conclut-il.

Les parents avaient d’ailleurs initié des démarches pour envoyer leurs filles à ce tournoi, à Boston. Ils ont organisé des activités de financement et recruté des commanditaires.

image