1 février 2016
Les travailleurs d’ArcelorMittal votent à 95,5% un mandat de grève
Par: Louise Grégoire-Racicot
L’usine de Contrecoeur-Est | TC Média - Archives

L’usine de Contrecoeur-Est | TC Média - Archives

Les quelque 550 travailleurs de l’usine d’ArcelorMittal Contrecoeur-Est (local 6586) ont confié à leur exécutif, la fin de semaine dernière, dans une proportion de 95,5%, un mandat de grève à déclencher au moment jugé opportun.

Publicité
Activer le son

Ce vote arrive à l’échéance même de la convention de travail, le 31 janvier. Quant aux employés de l’usine de Longueuil et ceux de bureau, aussi concernés par cette négociation, ils voteront à leur tour cette semaine.

Dans un communiqué émis le premier février , le représentant syndical Guy Gaudette rappelle que « les syndiqués donnent ainsi un message clair. Ils sont prêts à défendre leurs conditions de travail, sans aucune concession et exigent le respect. »

Et d’expliquer: les usines de Contrecœur et de Longueuil sont rentables. « Elles servent même de référence (bench mark) à l’échelle du groupe en matière de productivité. Les profits sont au rendez-vous. Il est simplement normal que les travailleurs reçoivent une rémunération conséquente par rapport à ce qu’ils apportent à cette multinationale. »

Cette négociation est entamée depuis la fin de novembre alors que le syndicat craignait que l’entreprise remette en question le régime de retraite, comme elle l’a fait en 2014 l’a fait pour les travailleurs de son usine de Contrecoeur-Ouest, disait alors M. Gaudette.

Le régime de retraite, assurait-il, affichait alors un taux de solvabilité d’environ 90%, selon les chiffres des actuaires patronaux.

Il a été impossible de parler à M. Gaudette ou au président du syndicat, Steve Galibois pour connaitre les tenants et abouissants de cette négociation, les deux hommes participant à une rencontre de négociation.

Quant au porte-parole d’ArcelorMittal, Louis-Philippe Péloquin, il a refusé de répondre à nos questions, « par respect pour le processus », a-t-il évoqué.

Le Syndicat des Métallos est affilié à la FTQ.

image