18 novembre 2020
Les Sorelois s’arrachent les skis de fond et les raquettes
Par: Alexandre Brouillard

Pour Pamela Abbott, gérante du St-Pierre Sports, l’engouement envers les skis de fond est exceptionnel. Photo Pascal Cournoyer | Les 2Rives©

Avec la saison hivernale qui approche à grands pas et les restrictions imposées par le gouvernement du Québec, plusieurs personnes s’arrachent les skis de fond ainsi que les raquettes à neige afin de combler leur temps libre. Si bien que certains commerces de la région doivent faire des pieds et des mains pour renouveler leur marchandise.

Publicité
Activer le son

Cette année, pour la géante du St-Pierre Sports Pamela Abbott, la pénurie de skis de fond est hors du commun. « C’est 200 % plus d’achalandage par rapport aux autres années. Au moment où l’on se parle, nous ne sommes plus capables d’avoir de l’équipement. On ne peut plus avoir de skis de fond, c’est presque terminé pour les raquettes et 90 % des équipements de ski alpin sont vendus chez nos distributeurs ».

Pierre Latour, gérant du Sports Experts de Sorel-Tracy, abonde dans le même sens. « Nous avons vendu beaucoup de raquettes. Les gens achètent aussi beaucoup de skis de fond. Le ski alpin un peu, mais ce n’est pas trop fou ».

La demande est si forte que les fournisseurs de la succursale soreloise du Sports Experts ont dû dénicher des skis de fond en Finlande. « Nous devrions recevoir ça d’ici deux à trois semaines. Nous devrions avoir assez de skis, de bottes et de bâtons pour fournir la demande », souligne Pierre Latour.

Pour Pamela Abbott, les incertitudes engendrées par la pandémie ont un grand rôle à jouer dans l’engouement soudain des consommateurs envers les skis de fond et les raquettes. « La situation nébuleuse du ski alpin a fait que beaucoup de personnes se sont tournées vers le ski de fond. Habituellement, au St-Pierre Sports, les ventes de ski de fond ne commencent pas vraiment avant le 1er décembre ».

Fait intéressant, la situation des skis de fond et des raquettes à neige est semblable à celle des vélos de route l’été dernier, selon Pamela Abbott. En effet, avec l’arrivée du beau temps, les gens s’arrachaient les vélos. Il est donc juste de croire que c’est le même modus operandi concernant les skis de fond et les raquettes à neige, lors des dernières semaines.

Un hiver particulier

Malgré le fait que l’Association des Stations de ski du Québec (ASSQ) et ses 75 stations aient reçu le feu vert afin de compléter leurs préparatifs en vue de la saison de glisse 2020-2021, ce ne sont pas les articles de ski alpin qui sont les plus populaires.

Il y a eu un gros engouement, au début du mois d’octobre, pour tous les articles reliés au ski alpin. « Depuis quelques semaines, à cause de l’incertitude face à la COVID-19 et à la situation des stations de ski, c’est tombé un peu mort. Les gens se demandent de quelle façon ils vont avoir accès aux montagnes. C’est un peu nébuleux pour certaines personnes », souligne Pamela Abbott, assez surprise de la situation.

Malgré cette situation particulière imposée par la COVID-19, le gérant du Sports Experts croit que la vente d’articles de ski alpin va reprendre. « Quand la première neige va tomber, les ventes devraient reprendre parce que les gens achètent autant de livrets de ski passe-partout que l’année passée », souligne Pierre Latour avec confiance.

image