4 janvier 2018
Fini les sacs en plastique depuis le 1er janvier à Contrecœur
Par: Sarah-Eve Charland

BV:La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui inclut Contrecœur, a voté en faveur du bannissement des sacs d'emplettes à usage unique. (Photo : Archives)

Les sacs en plastique minces sont bannis depuis le 1er janvier sur l’ensemble du territoire de Contrecœur.

C’est la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), dont fait partie Contrecœur, qui a mis sur cette initiative. À compter du 22 avril 2018, Jour de la Terre, l’interdiction sera en vigueur dans les 82 municipalités du CMM.

« On voit ça d’un très bon œil. Notre objectif est d’inciter les commerçants et les consommateurs à adopter des comportements écoresponsables. […] On vise à réduire notre impact sur l’environnement », mentionne la mairesse, Maud Allaire.

Cette réglementation sera ajoutée au Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles (PMGMR) qui vise à atteindre l’objectif de zéro enfouissement en 2025. L’usine de biométhanisation à Varennes sera en fonction en février 2018 permettant ainsi à la municipalité d’atteindre l’objectif.

La MRC de Marguerite-D’Youville a embauché le technicien en environnement, Dominic Gauthier, afin de sensibiliser les commerçants sur le territoire. Les plus grandes entreprises ont été approchées depuis septembre 2017.

« Les réactions sont positives, assure M. Gauthier. Tout le monde comprend la situation. Je suis là surtout pour les rassurer. Il y a d’autres alternatives. Ce ne sont pas tous les sacs en plastique qui sont interdits. Les sacs plus épais qui peuvent être réutilisés sont permis. »

La CMM a mandaté Recyc-Québec afin de réaliser une étude sur les impacts des sacs en plastique sur l’environnement. Les conclusions devraient être diffusées en 2018.

Une vision à long terme

Alors que la Ville a acquis plusieurs bornes de recharge pour les voitures électriques et a adhéré à l’usine de biométhanisation, Contrecœur met en place une stratégie environnementale sur le long terme, assure la mairesse Maud Allaire.

Elle a notamment formé un comité qui aura pour objectif de développer une politique environnementale. La Ville sollicitera les citoyens pour compléter le comité.

Dans le cadre de la zone industrialo-portuaire, Contrecœur a prévu une zone de conservation de 5,4 millions de pieds carrés. Elle a également planifié un fonds pour la plantation de 170 000$ afin de reboiser le district 1 par des ceintures de verdure.

Sacs permis

– Les sacs d’emballage en plastique utilisés à des fins d’hygiène pour les denrées alimentaires;

– Les sacs en plastique contenant du matériel publicitaire, dans le cadre d’une distribution porte-à-porte;

– Les housses de plastique distribuées par un commerce offrant le service de nettoyage à sec;

– Les sacs en plastique pour les médicaments délivrés au comptoir des pharmacies.

Sacs interdits

– Le règlement vise les sacs à emplettes d’une épaisseur inférieure à 50 microns. Les sacs oxodégradables, oxofragmentables et biodégradables seront aussi interdits.

Quelques statistiques*

– Entre 1,4 et 2,7 milliards de sacs d’emplettes sont distribués chaque année au Québec.

– Seulement 14% de ces sacs sont récupérés.

Le reste se retrouve souvent dans l’environnement où ils peuvent mettre jusqu’à 1 000 ans pour se décomposer.

*Source : Plan d’action métropolitain sur les sacs en plastique – CMM

image