25 mai 2016
Les restaurateurs et tenanciers craignent les impacts
Par: Julie Lambert
Certains tenanciers et restaurateurs sont inquiets des répercussions de l’interdiction de fumer sur les terrasses en vigueur dès demain le 26 mai. | Photo: TC Média - Sarah-Eve Charland

Certains tenanciers et restaurateurs sont inquiets des répercussions de l’interdiction de fumer sur les terrasses en vigueur dès demain le 26 mai. | Photo: TC Média - Sarah-Eve Charland

Dès demain ( 26 mai), les fumeurs ne pourront plus griller une cigarette sur les terrasses partout en province. Si les tenanciers et restaurateurs approuvent ce choix pour la santé publique, ils craignent également un impact important sur leur clientèle.

Publicité
Activer le son

Le propriétaire du Café St-Thomas, Pierre Cournoyer, est certain que les modifications apportées à la Loi concernant la lutte contre le tabagisme affecteront l’achalandage à son commerce dans les prochains jours.

Néanmoins, M. Cournoyer approuve cette solution, lui qui a arrêté de fumer il y a trois ans. Il pense que l’impact ne sera toutefois que de courte durée comme ce fut le cas lors de l’interdiction de fumer dans les bars il y a quelques années.

« Il est arrivé quelquefois que des clients non-fumeurs entrent à l’intérieur du restaurant en raison de fumeurs sur la terrasse. Moi-même, je tolère moins la fumée depuis que j’ai arrêté, alors je les comprends. Peut-être qu’on aurait pu l’autoriser sur la moitié de terrasse au début pour accommoder certains clients, mais parfois, il faut des gestes drastiques pour changer les habitudes », souligne-t-il.

Pour le propriétaire du Pub O’Callaghan, Alexandre Gauthier, cette interdiction pourrait avoir un impact majeur. En 2007, lorsque la loi interdisant le tabac dans les établissements est entrée en vigueur, il avait subi une baisse de 15% de sa clientèle. Il croit cette fois que la baisse sera supérieure à 15%.

M. Gauthier pense que le ministère de la Santé aurait dû consulter les tenanciers de bars qui ne vivent pas les mêmes réalités que les restaurateurs. Pour lui, c’est un peu la goutte qui fait déborder le vase alors que les établissements ont également dû se munir d’appareils MEV avec l’obligation de donner une facture au client pour chaque consommation cette année, une mesure qui a coûté des milliers de dollars.

« On est des établissements qui dépendent des terrasses l’été. On capote un peu. On se demande s’ils veulent qu’on ferme ou quoi? Dans d’autres villes, surtout aux États-Unis, on a ajusté la loi pour permettre de fumer sur les terrasses à partir d’une certaine heure. Il y aurait pu y avoir des discussions pour faire des ajustements. Cela va être extrêmement difficile de gérer tout ça. On va avoir beaucoup de personnes dans la rue ou devant d’autres commerces. », se désole-t-il.

Renforcer la lutte contre le tabac

La Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme a pour objectif de réduire l’usage du tabac. Elle a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale en novembre 2015.

Selon la porte-parole du ministère de la Santé, Noémie Vanheuverzwijn, les parlementaires souhaitaient ainsi protéger les personnes vulnérables, comme les enfants, les personnes âgées et les employés des commerces, de la fumée secondaire.

« Les études ont démontré que même dans un endroit comme une terrasse, la fumée secondaire a des effets nocifs sur la santé. Même si l’endroit est ouvert, cela reste dans l’air. Sachant qu’une grande majorité de la clientèle sur les terrasses sont des fumeurs, la loi a pour but de contrer le tabagisme », explique-t-elle.

En tout, 26 inspecteurs du ministère effectueront des visites des lieux aléatoirement et constamment pour s’assurer du respect de la loi, assure Mme Vanheuverzwijn. Une bonne partie du travail devrait être toutefois effectuée par les commerçants.

« Cela va être aux exploitants de tout mettre en œuvre pour que la loi soit respectée en installant des affiches et en ne tolérant pas que des clients fument dans les lieux interdits. Le public pourra également porter plainte si des situations dérogent à la loi », conclut-elle.

Montant des infractions pour l’interdiction de fumer sur les terrasses

Pour les clients :

– Pour une première infraction, le montant peut aller de 250$ à 700$.

– En cas de récidive, le montant sera de 500$ à 700$

Pour les exploitants d’un commerce :

– Pour une première infraction, le montant sera de 500$ à 12 500$

– Pour une récidive, le montant pourra atteindre de 1000$ à 25 000$

Mesures qui entreront en vigueur le 26 mai 2016

En plus des interdictions déjà existantes, il sera aussi interdit de fumer:

– dans les véhicules automobiles, lorsque des personnes de moins de 16 ans y sont présentes;

– dans les aires communes des immeubles d’habitation comportant de 2 à 5 logements;

– sur les terrasses commerciales, incluant celles des restaurants et des bars;

– dans les aires de jeux extérieures pour enfants;

– sur les terrains sportifs et les terrains de jeux;

– sur les terrains des camps de vacances;

– en tout temps, sur les terrains : des centres de la petite enfance et des garderies; des établissements d’enseignement préscolaire, primaire, secondaire, y compris les centres de formation générale aux adultes et les centres de formation professionnelle.

Source : Ministère de la Santé

Que pensez-vous de l’interdiction, depuis le 26 mai, de fumer sur les terrasses?
« Faire une section non-fumeurs n’empêche pas la fumée de se propager où le vent veut bien la pousser. Même quand je fumais, je n’aimais pas que quelqu’un fume près de moi pendant mon repas alors je n’ai rien contre. Mais, je me mets à la place des fumeurs et ce n’est pas drôle. Ils vont devoir se débarrasser de cette habitude mortelle pour eux et ceux qui les entourent. » — Isabelle Mainguy
« Meilleur règlement que le Québec a fait. Dans les bars et restos, il a encore beaucoup de monde et la fumée est inexistante. »— Francis Valois
« Je suis tout à fait d’accord avec cette décision. Non-fumeuse, j’ai autant droit à l’air pur sur une terrasse qu’à l’intérieur! »— Joanne Diotte
« Ben moi, je suis non-fumeur depuis un an et je suis contre ça. Je peux vous dire qu’il va y avoir des fermetures, c’est sûr! »— Jasmine Chassé
« Dans un resto-bar, je peux comprendre pour la nourriture. Je suis fumeuse, mais je n’aime pas la boucane quand je mange, mais dans un bar, simplement bar, c’est trop. Ça va être dure gérer ça et oui, il va y avoir des fermetures ou dix fois plus de mégots dans les rues ou les cours…. C’est poussé trop loin, je crois. »— Stéphanie Delisle
« Tant qu’à moi, la cigarette devrait être tout simplement être bannie et interdite de vente. »— Michel Boisclair
« Je suis persuadée que les gens vont continuer de fréquenter les terrasses, tout comme ils continuent de visiter les centres commerciaux, les restos, de voyager en avion ou en train, etc. »- Rachel Valois
« Je vais enfin pouvoir aller sur les terrasses! Comme bien des non-fumeurs, je n’y allais pas à cause des fumeurs. Dans les autres provinces et pays, l’interdiction de fumer dans tout endroit public ne cause d’ennuis qu’aux fumeurs. Je suis une ex-fumeuse, déjà 5 ans. Et le fait de ne pas pouvoir fumer dans les endroits publics m’a fait diminuer et arrêter éventuellement, pour ma santé. Oui, certains vont chialer mais d’autres se réjouiront, ainsi va la vie. »- Isabelle Marais
« Je vais enfin pouvoir aller sur les terrasses! Comme bien des non-fumeurs, je n’y allais pas à cause des fumeurs. Dans les autres provinces et pays, l’interdiction de fumer dans tout endroit public ne cause d’ennuis qu’aux fumeurs. Je suis une ex-fumeuse, déjà 5 ans. Et le fait de ne pas pouvoir fumer dans les endroits publics m’a fait diminuer et arrêter éventuellement, pour ma santé. Oui, certains vont chialer mais d’autres se réjouiront, ainsi va la vie. »- Isabelle Marais
« Je suis une ex-fumeuse depuis 4 ans et je suis bien triste pour eux. Peut-on vivre dans le respect de tous et non d’un seul groupe!!! C’est aussi ça la vie en société! »- Amélie Bouillon
« Dans les restos, je peux comprendre, mais les terrasses de bars, c’est exagéré. Pas fort pour les proprios de bar. Payer le permis de boisson plus le permis de terrasse! Encore eux qui vont être perdants! »- Marie-Josée Mercier
image