15 janvier 2019
En raison de la place accordée aux produits laitiers
Les producteurs laitiers de la région sont mécontents du nouveau Guide alimentaire canadien
Par: Katy Desrosiers

Le producteur de Sainte-Victoire-de-Sorel et vice-président de la Fédération régionale des producteurs laitiers, François Cournoyer, dénonce la nouvelle version du Guide alimentaire canadien. Photothèque | Les 2 Rives ©

La Fédération régionale des producteurs laitiers se dit déçue de la version préliminaire du nouveau Guide alimentaire canadien, qui retranche la section des produits laitiers afin de les inclure dans la catégorie des aliments protéinés. Il s’agit d’un autre coup difficile pour les producteurs laitiers qui, il y a quelques semaines, ont été durement touchés par les nouvelles clauses de l’accord de libre-échange États-Unis-Mexique-Canada.

Selon le vice-président de la Fédération François Cournoyer, qui est aussi producteur laitier à Sainte-Victoire-de-Sorel, il n’y a pas de logique dans ce guide. Les producteurs laitiers auraient discuté avec le gouvernement fédéral de la situation, mais ce dernier aurait accepté le guide tel quel, prétextant qu’il n’en connaissait pas assez sur le sujet pour contredire l’avis des nutritionnistes. M. Cournoyer croit que l’aliment a été mal évalué pas les nutritionnistes qui ont pondu le guide.

« Le lait contient tout de même 16 vitamines essentielles pour l’alimentation et les gras qu’il contient sont bons pour la santé. Des produits comme le fromage et le beurre peuvent être plus problématiques, mais il faut seulement les consommer de façon raisonnable », précise le producteur.

Selon lui, l’impact du guide sur les entreprises laitières est difficile à estimer et il faudra du temps pour voir s’il influencera les ventes.

Ne pas arrêter de consommer des produits laitiers

Marie Ouellet, nutritionniste pour le CLSC Gaston-Bélanger, explique que les produits laitiers ne seront pas éliminés du guide, mais qu’ils se retrouveront maintenant dans une catégorie qui comprendra aussi différentes sources de protéines végétales comme le tofu et les légumineuses. Cependant, elle comprend la réaction de l’industrie laitière, une industrie importante au Québec, qui se questionne sur l’impact qu’aura la nouvelle configuration du guide.

Elle confirme qu’elle continuera de recommander la consommation de produits laitiers, surtout à sa clientèle adolescente et plus âgée. « Je pense à mes adolescents en poussée de croissance. Quand je fais des menus pour eux, je recommande des produits laitiers. Je le recommande aussi pour les personnes âgées qui mangent de moins en moins. Je leur propose de manger du fromage et de mettre du lait dans leur gruau », précise la nutritionniste.

Selon elle, le lait ne disparaîtra pas des écoles et des CPE en raison de son apport alimentaire et aussi de son faible coût. Quand les nutritionnistes analysent le menu de ces institutions, ils s’assurent que des produits comme les yogourts soient offerts.

Elle glisse également un mot sur les entreprises qui s’adaptent à la tendance, comme la Laiterie Chalifoux, qui offre maintenant des yogourts avec une base végétale. « L’industrie en général va s’adapter. Elle veut faire des sous. Il faudra voir si elle arrivera avec des produits très transformés avec des protéines végétales », mentionne Marie Ouellet.

Martin Valiquette, directeur général de la Laiterie Chalifoux, affirme qu’il n’était pas informé du contenu de la version préliminaire du guide. L’annonce de la gamme des produits végétaux par l’entreprise la semaine dernière est un heureux hasard. « Je comprends l’industrie [laitière] de réagir fortement. Le guide va probablement lui faire mal, mais il faut se fier à l’intelligence du consommateur. Je ne pense pas que le guide changera. Si l’industrie n’a pas été consultée avant, elle ne le sera pas maintenant. De notre côté, on réagit, on s’adapte et on bouge les choses. Le guide suit les tendances et on voit l’essor des produits végétaux partout », mentionne M. Valiquette.

Selon lui, si on propose un bon produit, les gens vont vouloir le consommer. L’entreprise, par instinct, lance des produits meilleurs pour la santé, réduits en sucre et qui respectent le maximum de matières grasses recommandées.

Dans la région, le volume de vente du lait est assez stable. Les ventes de toutes les autres gammes de produits de l’entreprise, comme les yogourts et le fromage, sont en augmentation et la Laiterie Chalifoux doit acheter de plus en plus de lait pour la transformation.

Un virage à 180°

Le nouveau Guide alimentaire canadien devrait paraître dans les prochaines semaines. Selon la nutritionniste Marie Ouellet, l’accent sera mis sur le plaisir de manger, l’importance de manger des aliments les moins transformés possible et l’inclusion des protéines végétales dans l’alimentation. L’industrie pouvait se prononcer lors de l’élaboration du guide, mais Santé Canada s’est basé également sur des données scientifiques et les guides alimentaires de plusieurs pays. Ainsi, les catégories qu’on retrouvait par le passé disparaissent. On retrouvera maintenant une section aliments protéinés, qui comprend, entre autres, les produits laitiers.

image