12 novembre 2018
Les Polypus doivent s’avouer vaincus en finale du Bol d’Or
Par: Jean-Philippe Morin

Les Polypus juvéniles ont perdu en finale du Bol d'Or le 10 novembre, à Trois-Rivières. (Photo : Amélie Roy)

Les parcours parfait des Polypus juvéniles de l’école Fernand-Lefebvre s’est arrêté en finale provinciale. Les hommes d’Harold Turbide ont plié l’échine contre les Aigles d’or de l’école Dalbé-Viau de Lachine par la marque de 30-0 lors de la finale du Bol d’Or, le 10 novembre à Trois-Rivières.

Les Sorelois n’ont jamais pu prendre le rythme contre la meilleure équipe de la division 2 au Québec. Dès le botté d’envoi, les Polypus ont échappé le ballon, ce qui a placé leurs adversaires à la porte des buts. Ils ont rapidement pris les devants 14-0 sans jamais regarder en arrière.

« C’était 14-0 longtemps, très longtemps, jusqu’au milieu du troisième quart. On a alors pris des chances pour tenter de renverser la vapeur, mais ça n’a pas viré de notre bord. Ç’a fini sur une interception ramenée pour un touché », décrit l’entraîneur-chef Harold Turbide.

Fier de ses joueurs

Malgré cette défaite à sens unique, l’entraîneur estime que ses joueurs se sont bien battus. « On jouait contre pas mal plus fort que nous. Je dirais même que les gars ont joué au-dessus de leur tête. On les a tenus longtemps. Physiquement, c’est la première fois qu’une équipe est supérieure à nous. Dans les quatre équipes du carré d’as, on était de loin supérieurs en termes de grosseur aux deux autres équipes, mais eux, ils étaient quand même plus gros que nous », constate-t-il.

Cette disparité dans le gabarit aura fait la différence à la fin, croit Harold Turbide. Sur Équipe Québec l’an dernier, les Aigles d’or étaient l’équipe qui a aligné le plus de joueurs avec cinq, toutes divisions confondues.

« Nous sommes l’équipe qui a donné le moins de points contre eux. Ils ont toujours fait 45 points et plus dans leurs matchs. Les gars ont été au batte, ils sont résilients. Des coachs du collégial qui assistaient à la rencontre m’ont dit à quel point ils étaient impressionnés de notre défensive qui a tout donné contre eux. On a eu un beau parcours et je suis fier des joueurs et entraîneurs », souligne l’entraîneur.

Mathias Duval, qui est le centre offensif, mais qui a aussi joué sur la ligne défensive, a été nommé joueur du match du côté des Polypus. La particularité est qu’il n’est qu’en quatrième secondaire, si bien qu’il sera de retour avec la formation soreloise l’an prochain.

Le dernier Bol d’Or des Polypus remonte à 2011, alors qu’ils avaient écrasé la polyvalente Curé-Mercure de Mont-Tremblant par la marque de 49-0 en finale.

La fin chez les cadets

Du côté des Polypus cadets, le parcours s’est arrêté en demi-finale le 4 novembre. La puissante formation du Collège Charles-Lemoyne, qui n’a accordé que 13 points en huit matchs de saison régulière, a arrêté les Polypus avec une victoire de 49-3.

« On est arrivés avec 22 joueurs, il y avait des gars blessés ou absents. On s’est quand même battus. L’an passé, on les avait battus deux fois, mais ils ont pris leur revanche cette année », conclut l’entraîneur Harold Turbide.

image